Victorine : son meurtrier avoue tout, son récit glace le sang…

Victorine nous a quitté il y a un an, retour sur cette affaire qui a défrayé la chronique.

Victorine

Il y a un an, presque jour pour jour, la France était choquée d’apprendre la disparition de Victorine Dartois, une jeune femme de 18 ans sans histoire.

L’affaire Victorine a été largement relayée et a suscité incompréhension et consternation. Le meurtrier est retrouvé, et son mobile est d’une banalité à glacer le sang.

Victorine meurtre

Un an après, l’équipe Ton Mag vous propose de revenir sur les détails de cette sordide affaire, et vous tient informé des commémorations en mémoire de la jeune femme disparue bien trop tôt.

Affaire Victorine : une terrible rencontre

Villefontaine est une petite commune de l’Isère de moins de 19 000 habitants, tout à fait ordinaire. Pourtant, il y a un an, un grand drame s’y est déroulé. Le samedi 26 septembre 2020, Victorine, une jeune femme de 18 ans, est avec des amis. Elle doit rentrer chez elle, mais elle rate son bus. Elle décide donc de rentrer seule chez elle. Le soir même, elle ne revient pas au domicile familial.


La famille de Victorine s’inquiète et des équipes de recherche sont déployées dans et autour de la ville. Deux jours plus tard, son corps est retrouvé par des chiens de recherche dans un ruisseau. La jeune femme était partiellement nue. L’autopsie a révélé que la jeune femme de 18 ans avait été noyée et asphyxiée. Son corps présentait également de nombreuses ecchymoses.


La France entière est choquée, et l’affaire est largement relayée par les médias. La chasse à l’assassin de Victorine est lancée. Au début, les pistes sont faibles. La jeune femme est appréciée et n’a pas d’ennemis connus. Toutes les pistes sont ouvertes, du drame familial au rôdeur solitaire. Toutes sont vaines. Pourtant, trois semaines après les faits, les enquêteurs parviennent miraculeusement à trouver un suspect parfaitement inattendu…

Le meurtrier retrouvé

Ludovic Bertin est un habitant de VIllefontaine. Il a 25 ans et est chef d’entreprise. Il est également marié et père d’un enfant. Le jeune homme et Victorine ne se connaissaient pas. Ludovic Bertin est connu des services de police pour « une dizaine de fois pour des faits de droit commun » selon Boris Duffau, le procureur adjoint de Grenoble. Il avait bénéficié d’une réduction de peine.


A première vue, il n’y avait aucune raison de penser qu’il pouvait être l’auteur d’un tel drame. Pourtant, il finit par avouer le meurtre de Victorine. Ludovic Bertin a déclaré qu’il avait croisé « par hasard » la jeune femme, qui rentrait chez elle à pied à l’époque, alors qu’il faisait son jogging. Ils se seraient heurtés l’un à l’autre et une altercation aurait éclaté. Ludovic Bertin a alors paniqué et a serré très fort le cou de Victorine, à deux reprises. Il a ensuite déplacé le corps vers un ruisseau pour le cacher.


Le suspect nie en revanche avoir tenté de violer la jeune femme, malgré le fait qu’il ait retiré son pantalon. Ce dernier détail a toutefois été remis en question, puisqu’une jeune femme a reconnu Stéphane Bertin dans la presse, et a porté plainte pour un viol qu’il aurait commis sur elle deux ans avant la mort de Victorine. Cette enquête est toujours en cours à l’heure actuelle, et l’accusé a décidé de faire usage de son droit au silence.

Victorine : une marche blanche en son honneur

Le 26 septembre 2021, cela fera un an que Victorine est décédée. A cette occasion, le père de la jeune femme, James Dartois, a souhaité organiser une marche blanche en son honneur. Le père endeuillé a posté un message sur Facebook à l’attention de tous ceux qui souhaitaient y participer :

Victorine

« Sa dernière marche était une façon pour nous de lui rendre sa vie en quelque sorte…Et c’est avec vous amis des réseaux sociaux, qui étiez là pour nous soutenir et encore merci. Je veux que cette dernière marche soit son identité : pas de haine, pas de vengeance. Elle n’a pas supporté la violence et les cris. « .

Les personnes souhaitant rendre hommage à Victorine lors de cette marche blanche sont invitées à apporter une rose orange, couleur préférée de la jeune femme décédée, ou une rose blanche, signe de paix. Le port d’un masque sera également demandé. Toute l’équipe Ton Mag apporte son soutien et présente ses plus sincères condoléances à la famille de la victime en ce triste moment de commémoration.


Sacha Lemaquis

Passionné depuis mon plus jeune âge par l'écriture et la rédaction sur tous les Peoples, je suis également de nature très curieux, je m'intéresse à beaucoup d'autres sujets et surtout j'adore le sport !