Les annonces d’Emmanuel Macron ce soir à la TV.

TV

TV : Depuis l’Elysée, le président de la République, Emmanuel Macron, prononcera une allocution télévisée très attendue, lundi soir à 20 heures.

Un discours grâce auquel la majorité espère répondre aux attentes des « gilets jaunes ».

C’est sans doute son allocution la plus attendue depuis le début du quinquennat. Alors que la mobilisation des « gilets jaunes » ne semble pas s’essouffler, Emmanuel Macron s’est « adressé à la Nation », lundi 10 décembre, dans une déclaration télévisée diffusée à 20 heures. Un discours seul face à la caméra, enregistré depuis l’Elysée, et qui a duré un peu moins de 13 minutes. Voici les annonces principales que le chef de l’Etat a faites au cours de cette allocution.

surprise

L’augmentation du smic. « Le salaire d’un travailleur au smic augmentera de 100 euros par mois dès 2019 », a annoncé le chef de l’Etat.

Prime non chargée ni fiscalisée en 2018. « Je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d’année, qui n’aura ni impôts, ni charges », a annoncé Emmanuel Macron.

Annulation de la hausse de la CSG pour les retraités qui gagnent moins de 2 000 euros. « L’effort qui a été demandé aux retraités était trop important, et il n’était pas juste », a estimé le chef de l’Etat.

La défiscalisation des heures supplémentaires dès le 1er janvier 2019. « Les heures supplémentaires seront versées, sans impôts ni charges, dès 2019 », a déclaré Emmanuel Macron.

En direct : 20h18 : C’est un peu court après 10 jours de silence… mais bon c’est déjà un peu mieux, mais c’est quand même triste d’avoir attendu tout cela pour arriver à ces petites mesures.

La réponses des internautes :

20h17 : C’est tout ??? Une semaine de réflexion pour « pondre » ça ?

20h17 : C’est pas suffisant!!!!!

20h17 : Dans les commentaires, vous faites part de votre déception.

20h13 : Pour mémoire, Hollande avait aussi décrété « l’état d’urgence économique et social » le 16 janvier 2016 en présentant son plan d’urgence pour l’emploi. De Hollande à Macron, 2016-2018 #macron20H

macron

20h14 : Le rédacteur en chef de Paris Match rappelle que François Hollande, lui aussi, avait décrété « l’état d’urgence économique et sociale », en 2016.

20h13 : L’allocution d’Emmanuel Macron est terminée.

20h13 : « Mon seul souci, c’est vous. Notre seul combat, c’est pour la France. »

20h13 : « Les maires portent la République sur le terrain. C’est pourquoi je les rencontrerai région par région, pour bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la nation. Nous ne reprendrons pas le cours normal de notre vie, comme souvent par le passé pour des crises semblables. Nous sommes à un moment historique pour notre pays. Par le dialogue, le respect et l’engagement, nous réussirons. »

20h11 : « Je veux que nous abordions la question de l’immigration. Il nous faut l’affronter. »

20h11 : « Pour réussir, nous devons nous rassembler et aborder ensemble toutes les questions : la représentation, une loi électorale plus juste, la prise en compte du vote blanc. Je veux que soit posée la question de l’équilibre de notre fiscalité, je veux que soit posée la question de notre quotidien pour faire face au changement climatique, de l’organisation de l’Etat, de la manière dont il est administré depuis Paris et la question du service public dans tous nos territoires. »

20h10 : « Ces violences ne bénéficieront d’aucune indulgence ». Le chef de l’Etat est revenu sur les violences commises lors des manifestations des « gilets jaunes », à Paris notamment. « Quand la violence commence, la liberté cesse », a-t-il estimé. Revoici sa déclaration :

20h09 : « J’entends que le gouvernement poursuive l’ambition de transformation de notre pays que le peuple a choisie il y a 18 mois. Nous avons devant nous une réforme de l’Etat, des retraites, de l’indemnisation chômage. »

20h08 : « Je veux pour la France… » « Ta démission » complète une gilet jaune de Vannes.

20h08 : Sur un rond-point à Vannes, c’est sur cette radio qu’une dixaine de gilets jaunes écoute l’intervention d’Emmanuel Macron ce soir. Mais tous affirment qu’ils n’en attendent rien.

20h09 : Notre journaliste Louis Boy se trouve sur un rond-point de Vannes (Morbihan) avec des « gilets jaunes ». Ils écoutent en direct l’allocution d’Emmanuel Macron.

20h08 : « Revenir en arrière nous affaiblirait alors même que nous sommes en train de créer des emplois dans tous les secteurs. »

20h08 : « Je sais que certains voudraient que je revienne sur l’ISF. Pendant près de quarante ans, il a existé, vivions-nous mieux pendant cette période ? Les plus riches partaient. »

20h07 : « L’effort qui a été demandé aux retraités a été trop important et il n’était pas juste. »

20h07 : « Nous voulons une France où l’on peut vivre dignement de son travail. Je demande au gouvernement et au Parlement de faire le nécessaire. Le salaire d’un travailleur au smic augmentera de 100 euros par mois dès 2019. Les heures supplémentaires seront versées, sans impôts ni charges, dès 2019. Je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d’année, qui n’aura ni impôts, ni charges. »

20h06 : « C’est d’abord l’état d’urgence économique et sociale que je veux décréter aujourd’hui. »

20h05 : « Un peuple qui se divise à ce point, qui ne respecte plus ses lois et l’amitié qui doit nous unir, court à sa perte. »

20h05 : Commencer par les violences, je doute de la pertinence de ce choix… #Macron #Macron20h #GiletsJaunes

20h05 : Macron commence par une posture martiale. Macron20h

20h05 : Des journalistes politiques livrent leurs impressions sur l’introduction de l’allocution d’Emmanuel Macron.

20h05 : « Je sais qu’il m’est arrivé de blesser certains d’entre vous par mes propos. Si je me suis battu pour bousculer le système politique en place, c’est parce que je crois plus que tout en notre pays et que je l’aime. Ma légitimité, je ne la tire que de vous. »

20h05 : « Cela vient de très loin, mais c’est là, maintenant. Sans doute n’avons-nous pas su, depuis un an et demi, y apporter une réponse rapide et forte. Je prends ma part de responsabilité. »

20h04 : « Ce sont 40 années de malaise qui resurgissent. »

20h03 : « Cette colère est profonde, je la ressens comme juste à bien des égards. C’est celle de la mère de famille, célibataire, veuve, qui ne vit même plus, qui n’a pas les moyens de faire garder ses enfants et n’a plus d’espoir. C’est celle des retraités modestes qui ont contribué toute leur vie et ne s’en sortent pas. C’est celle des plus fragiles… Leur détresse ne date pas d’hier. Mais nous avions fini par nous y habituer. »

20h02 : « Au début de tout cela, je n’oublie pas qu’il y a une colère, une indignation. Cette indignation, beaucoup de Français peuvent la partager. Celle-là, je ne veux pas la réduire aux comportements irresponsables que je viens de dénoncer. »

20h01 : « Quand la violence se déchaîne, la liberté cesse. C’est donc désormais le calme et l’ordre républicain qui doivent régner. »

20h01 : « Aucune colère ne justifie que l’on s’attaque à un policier ou un gendarme. »

20h01 : « Les événements des dernières semaines ont profondément troublé la nation (…) Ces violences ne bénéfiecieront d’aucune indulgence, nous avons tous vu le jeu des opportunistes, les irresponsables politiques dont le seul but était de bousculer la République. »

20h00 : Emmanuel Macron face aux gilets jaunes, c’est maintenant. L’allocution du président de la République, enregistrée peu après 19 heures, est à regarder sur notre site.

19h59 : Un soutien inattendu pour les « gilets jaunes ». Le prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, a posté un texte en faveur du mouvement, samedi. Le prétendant légitimiste au trône de France, descendant de Louis XIV, a tenu à exprimer sa « solidarité » et sa « profonde compassion pour ceux qui souffrent », dans un communiqué sur Facebook.

19h54 : Cher @EmmanuelMacron, si vous avez du mal à boucler le discours de ce soir, on se permet de vous souffler une idée

Plus de 90 chercheuses et chercheurs lancent un appel pour repousser le basculement du Cice en allègement de cotisations patronales

19h54 : Il est maintenant trop tard. Mais tout à l’heure, le magazine Alternatives économiques a proposé à Emmanuel Macron de la matière pour finaliser son allocution : un appel lancé par plus de 90 chercheuses et chercheurs.

19h50 : Un journaliste de RTL affirme que l’enregistrement de l’allocution d’Emmanuel Macron est terminé. Sa durée : 12 minutes et 50 secondes.

19h46 : À quelques minutes de l’allocution de @EmmanuelMacron, le premier ministre @EPhilippePM assiste pour la première fois au bureau exécutif de @enmarchefr

19h46 : Faut-il y voir un signe ? Le Premier ministre prépare-t-il un éventuel après ? Une journaliste rapporte qu’Edouard Philippe assiste au bureau exécutif d’En marche : une première, souligne-t-elle.

19h41 : Bonsoir @Kanou. L’allocution a été enregistrée à l’Elysée. Emmanuel Macron s’exprime seul face à la caméra. Sa prise de parole devrait durer une vingtaine de minutes. Et vous pourrez la regarder en direct par ici.

19h41 : Emmanuel Macron sera en direct ou c’est enregistré ?

19h37 : Au rond-point de Jardiland, dans l’Yonne, un « gilet jaune » vient de ramener une télévision dans la cabane, « pour que toute la famille Gilets jaunes puissent écouter Macron »

9h41 : Des « gilets jaunes » qui occupent un rond-point dans l’Yonne ont ramené une télévision pour suivre l’allocution d’Emmanuel Macron. Une journaliste du Monde se trouve sur place avec eux.

19h34 : Quelques heures avant que le chef de l’Etat annonce des mesures en réponse à la fronde des « gilets jaunes », les bailleurs sociaux redemandent d’annuler la baisse des aides au logement (APL) menée depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron. « La baisse des APL, dans un pays qui connaît une précarisation croissante, était une erreur », estime Jean-Louis Dumont, président de l’Union sociale de l’habitat.

19h32 : Je suis prête pour #Macron20h