Renaud Séchan naît le 11 mai 1952 à Paris, au milieu d’une famille nombreuse. Il a un frère jumeau, David, ainsi que quatre frères et soeurs.

Son père, Olivier Séchan, issu d’une famille d’intellectuels protestants, est professeur d’allemand et écrivain (il reçu le prix des Deux Magots en 1942 pour Les corps ont soif). Sa mère, Solange, fille de mineur, est ouvrière avant de se consacrer à sa famille après son mariage. Le petit garçon prend des cours de solfège encouragé par un père mélomane mais abandonne après quelques mois. Adolescent, il prend parfois la place de son père derrière la machine à écrire familiale, mais malgré son aptitude pour les lettres, délaisse les études. C’est son frère aîné, Thierry Séchan, qui reprendra le flambeau paternel en publiant plusieurs ouvrages à l’âge adulte.

En 1969, il abandonne ses études, se confronte à la vie active et trouve une place de vendeur dans une librairie parisienne. Par l’entremise de Patrick Dewaere, il joue chaque soir au Café de la Gare où il remplace un comédien au pied levé et se lie d’amitié avec Coluche. Encouragé par le producteur de celui-ci, Paul Lederman, le jeune chanteur militant et un brin contestataire se fait remarquer par deux producteurs. En 1975, il publie son premier album, Amoureux de Paname, mais c’est avec son deuxième opus, Laisse béton, en 1977 qu’il est révélé au grand public. Le chanteur trouve son public, séduit par l’argot et un look un peu voyou, bandana accroché autour du cou.

Les années 80 marquent un tournant dans son style, vers une écriture davantage inspiré de sa vie personnelle; auteur-interprète prolifique il publie de nombreux albums; Ma gonzesse en 1979, Marche à l’ombre en 1980, Morgane de toi en 1983 et Mistral gagnant en 1985. L’accident mortel de son ami Coluche lui inspire également l’album Putain decamion (1988). En 1993, le chanteur interprète des chansons traditionnelles du Nord sur l’album Renaud cante el’ Nord qui lui vaut la Victoire de la musique de l’album de musique traditionnelle. La même année, il renoue avec sa première vocation et fait une incursion au cinéma avec le film Germinal de Claude Berri. Après un album de reprises du répertoire de Georges Brassens, Renaud chante Brassens (1996), le chanteur s’éloigne de la scène.

L’artiste sombre dans la dépression et l’alcool pendant plusieurs années. En 2002, c’est la rédemption avec l’album Boucan d’enfer qui caracole en tête des ventes avec plus de deux millions d’exemplaires vendus, et rafle plusieurs prix (Meilleur artiste, Meilleur album et Meilleure chanson pour Manhattan-Kaboul aux Victoires de la Musique en 2003). Il récidive avec le double album Rouge Sang en 2006. L’album de reprises de chants irlandais, Molly Malone (2009), reçoit lui un accueil mitigé. En novembre 2010, Renaud publie un best-of réunissant les plus grands tubes de ses 35 ans de carrière (Le plein de super), et un coffret de vinyles, Intégrale studio 1975–2010. En 2014, un collectif de plusieurs chanteurs parmi lesquels Jean-Louis Aubert, Raphaël ou encore Benjamin Biolay, se retrouvent autour d’un album hommage, La bande à Renaud, qui reprend les plus grands succès de l’artiste. Le 10 février 2017, Renaud reçoit la Victoire de la musique du Meilleur artiste masculin de l’année.

Côté vie privée, Renaud a une fille aînée Lolita, née en août 1980, de son union avec sa première épouse Dominique Quilichini. Mais le couple se sépare à la fin des années 90. En 2000, il rencontre une jeune chanteuse, Romane Serda, qu’il épouse en août 2005. Le 14 juillet 2006, le couple accueille un petit garçon prénommé Malone. Leur divorce est prononcé en septembre 2011.