Enrico Macias : Fils de violoniste, Gaston Ghrenassia de son vrai nom naît le 11 décembre 1938 près de Constantine, en Algérie.

Baigné dans un univers musical, le petit garçon Enrico Macias passe beaucoup de temps avec ses grands-parents installés à Jemmapes, au gré des tournées de son père, Sylvain Ghrenassia, musicien dans l’orchestre de Raymond Leyris dit Cheikh Raymond. Ce dernier lui enseigne le malouf, musique traditionnelle arabo-andalouse de Constantine. Rapidement il suit les traces de son père et rejoint l’orchestre de Cheikh Raymond. En 1956, après l’obtention de son baccalauréat, il accepte un poste d’instituteur et continue à pratiquer la guitare. Mais en juin 1961, dans un pays en pleine guerre, l’assassinat par le FLN de Raymond Leyris fait basculer la vie de la famille Ghrenassia. Un mois plus tard, Enrico et les siens quittent l’Algérie pour la France et la famille s’installe à Argenteuil.

De cabaret en cabaret, le jeune musicien se fait remarquer et assure la première partie d’un concert de Gilbert Bécaud. Sa carrière démarre en 1962 avec le succès du titre Adieu mon pays, composé lors de la traversée de la Méditerranée durant son exil. En octobre de la même année, il est invité de l’émission Cinq colonnes à la Une, consacrée aux rapatriés d’Algérie, appelés dorénavant pieds-noirs, dont il devient l’un des symboles. En 1963, il sort son premier album, prend le pseudonyme d’Enrico Macias, et confirme sa récente notoriété avec le tube Enfants de tous pays. En pleine période yéyé, il donne son premier concert à l’Olympia en 1964 et enchaîne les titres couronnés de succès Paris tu m’as pris dans tes bras, Les filles de mon pays…Devenu un artiste reconnu, son répertoire s’exporte à l’international. En 1979, il est invité en Egypte par le président Anouar el Sadate et donne un concert aux pieds des pyramides. Il est nommé Chanteur de la paix par l’ONU en 1980, avant de devenir ambassadeur itinérant pour la paix et la défense de l’enfance à partir de 1997. En 1999 il rend hommage au mentor de ses débuts, Raymond Leyris, lors d’un concert au Printemps de Bourges. Après l’album L’oriental, Enrico Macias renoue avec ses racines et sort en 2003 Oranges amères, album aux sonorités orientales. En 2010, il sort un nouvel opus, Voyage d’une mélodie, composé avec son fils.

Après plusieurs décennies d’exil, Enrico Macias publie un récit en 2001, Mon Algérie, en forme d’hommage à son pays natal. En avril 2007, le chanteur reçoit le grade d’officier de la Légion d’Honneur. Artiste engagé, il participe ponctuellement à des manifestations de soutien en faveur d’Israël. Il a apporté son soutien à la candidature de Nicolas Sarkozy lors des élections présidentielles de 2007 et 2012.

Côté vie privée, Enrico Macias se marie avec son amour de jeunesse, Suzy Leyris, fille de Raymond Leyris, le 16 février 1963. Ensemble ils ont deux enfants, Jocya et Jean-Claude. Après quarante-cinq ans de mariage, sa femme décède en décembre 2008.