Les masques chirurgicaux sont pris d’assaut depuis l’apparition et la propagation du nouveau coronavirus Covid-19 (anciennement 2019-nCoV).

Désormais, pour s’en procurer en pharmacie, il faut une prescription médicale. Quelle est leur efficacité face au virus ? On fait le point avec Tina Géréral, pharmacienne.

“Le monde fait face à un manque chronique d’équipements de protection individuelle”, déclarait dès le 7 février Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS (Organisation mondiale de la santé). Une pénurie qui se confirme en France depuis que l’épidémie de covid-19 est passée en stade 2. Les gels hydroalcooliques et les masques, notamment, se font de plus en plus rares.

Face à cette situation sur le covid-19,le gouvernement a réquisitionné tous les stocks de masques de protection et leur délivrance en pharmacies est désormais soumise à prescription médicale. Jusqu’ici, ils étaient en vente libre dans les pharmacies.

« On ne doit pas acheter de masques, et d’ailleurs, on ne peut pas en acheter puisque nous avons donné des instructions aux officines de pharmacie pour qu’elles ne distribuent des masques que sur prescription médicale ou qu’aux professionnels de santé », a déclaré Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, invitée de France Inter mercredi 4 mars.

Les masques chirurgicaux en papier ne permettent en effet pas de se protéger efficacement du coronavirus Covid-19 et sont réservés à des situations précises.

Dans quel cas faut-il porter un masque ?
Si vous n’êtes pas un médecin ou personnel soignant, le port du masque est indiqué dans deux cas de figure :
– si vous présentez des symptômes relatifs au coronavirus Covid-19. Une recommandation d’ailleurs valable pour différents types de virus, y compris la grippe ;
– si vous faites partie des « personnes contact » et que vous avez donc eu un contact “étroit et prolongé” avec un malade.

Si vous avez séjourné en Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao), à Singapour, en Corée du Sud, en Iran ou dans les régions d’Emilie-Romagne, de Lombardie et de Vénétie en Italie, et que vous ne présentez pas de symptômes suspects, le port du masque n’est pas recommandé. Par précaution soyez particulièrement vigilant pendant les 14 jours suivant votre retour et surveillez votre température deux fois par jour.

Le ministre de la Santé a rappelé qu’une personne asymptomatique n’a pas à porter de masque. « Quand on porte un masque, c’est pour éviter de transmettre les virus à son entourage”, insiste la pharmacienne. Encore faut-il le porter correctement.