Synchron : Ils vont greffer une puce électronique dans le cerveau d’un patient !

la société Synchron va transplanter le cerveau de son premier patient.

La science continue d’évoluer et les scientifiques Synchron ont dépassé son concurrent Neuralink !

En effet, la société Synchron va transplanter le cerveau de son premier patient. Le premier d’une longue série ? On vous explique !

puce éléctronique cerveau

C’est un rêve devenu réalité pour les entreprises de la technologie. En effet, ces entreprises sont motivées pour des raisons économiques à pousser la science toujours plus loin, même si cela peut être dangereux pour les cobayes.

Synchron va greffer le cerveau de son premier patient !

En tout cas, même si certains scientifiques sont sceptiques et même inquiets, ces entreprises sont prêtes à tout.

Mercredi dernier, Bloomberg a partagé un article que nous n’oublierons pas de sitôt. Synchron, le concurrent de Neuralink dans le domaine de l’interface neuronale directe, est en avance sur lui et tentera de se greffer son premier patient humain. C’est Elon Musk, le propriétaire de Neuralink qui doit être content…

Synchron, concurrent de Neuralink, lance des essais humains pour la première interface informatique cérébrale commerciale

Ces interfaces cerveau-ordinateur sont des puces qui sont placées dans le cerveau. Initialement, ces puces sont destinées à traiter les personnes souffrant de paralysie, comme les paraplégiques.

Par exemple, ils agissent de manière artificielle dans le cerveau pour ordonner les mouvements. Une sorte de super cerveau ou de super intelligence. Les essais cliniques commenceront sur six patients gravement paralysés.

Pour des raisons de confidentialité, l’identité de ces patients ne sera pas divulgué et il n’y aura pas de témoignage.

Ce que nous savons !

C’est que certains essais vont être effectués à New York, à l’hôpital Mount Sinai. Entre Manhattan et Harlem et que d’autres seront répartis entre New York et Pittsburgh.

La société new-yorkaise a été fondée en 2016 et n’a pas la même approche que Neuralink. Au lieu d’un dispositif avec des microfilaments directement connectés aux neurones, Synchron choisit de passer à travers les vaisseaux sanguins.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Neurolink 🧠 (@neuralink__)

En juillet 2021, Synchron a reçu l’approbation de la FDA (Federal and Drug Administration) aux États-Unis pour mener ses essais cliniques sur l’homme.

A l’issue de ces essais, si les résultats sont positifs, les autorités les autorités américaines donneront leur accord à Synchron pour faire ces tests sur une large cible de patients.

Il faudra probablement plusieurs années avant que l’endoprothèse ne soit disponible à la vente, a expliqué l’auteur de l’article de Bloomberg.

Du côté de Neuralink et d’Elon Musk

Les retards augmentent. Mais l’entreprise n’a pas dit son dernier mot. Par exemple, Elon Musk a fait des collectes de fonds beaucoup plus importantes que son concurrent.

En effet, Neuralink levait 200 millions de dollars il y a un an, tandis que Synchron a levé 70 millions de dollars depuis sa création. Cela laisse de grandes perspectives pour Neuralink.

Elon Musk a l’intention de communiquer avec le cerveau via ces puces super intelligentes.

En effet, l’une de ses ambitions, par exemple, est que le cerveau contrôle à distance l’ordinateur sans cliquer, sans parler ni même bouger les yeux… En d’autres termes, un contrôle par la pensée.

Il y a un an, au mois d’avril, Neuralink a partagé une vidéo d’un singe jouant au ping-pong sur un ordinateur avec ce système.

Je pense que l’interface cerveau-ordinateur peut être très bénéfique à des fins médicales (si son utilité est cliniquement prouvée).

Une technologie puissante !

Mais c’est aussi une technologie puissante et je pense que l’utilisation non médicale devrait être réglementée avant que cela ne se passe mal”, a expliqué la scientifique Jane Manchun Wong, en août 2020.

La société Neuralink a des problèmes de gestion. En février dernier, le média Presse-citron publiait un article intitulé Casse-tête chez Neuralink.

Nous avons pu découvrir le lot des soucis internes de l’entreprise qui lui faisaient également perdre des millions. Anciens employés a avoué qu’il y avait du roulement et que le recrutement était difficile.

Synchron

En effet, les conditions de travail et la pression des objectifs dans des délais très courts ont effrayé la plupart des meilleurs ingénieurs.

Mis à part les employés, même le cofondateur Max Hodak avait quitté l’entreprise en mai 2021 pour se rendre chez son concurrent Synchron! Nous vous tiendrons au courant de son arrivée en France!