Sylvie Vartan anéantie et cassée par l’homme de sa vie.

Elle aimait tout chez lui : son style élégant, sa finesse et la façon dont il s’exprimait. La souffrance de Sylvie Vartan est immense.

Malheureusement, cette auteur habile, que Sylvie Vartan adorait plus que son âme, se retrouve à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris.

Il est âgé de 81 ans. Quand la chanteuse a appris sa mort brutale, elle a immédiatement partagé son immense peine sur Instagram, diffusant une photographie où les deux sont réunis, si affectueusement complices, avec ce texte :

le mari de Sylvie Vartan

Sylvie Vartan : “Un talent fou, une personne extraordinaire, un sourire perpétuel, un copain, et maintenant une déchirure dans mon cœur. Un grand merci pour les récompenses. »

Quand Sylvie Vartan lui a demandé d’écrire pour elle en 1981, Sylvie avait déjà eu de nombreuses occasions d’admirer son talent de poète. De Serge Reggiani, (L’Italien), à Michel Polnareff (Lettre à France), Julien Clerc (Ma Préférence), Nicole Croisille, Barbara et bien plus encore, il est le rédacteur de l’ombre, le sorcier des mots qui fait que la France chante.

sylvie-vartan

Il connait également le brillant scénariste et orateur de chefs-d’oeuvre tels que César et Rosalie de Claude Sautet, La Gifle de Claude Pinoteau, Un éléphant ça trompe énormément d’Yves Robert …

Mais ce n’est pas à travers ses compositions ou ses films que cette personnalité exceptionnelle marque Sylvie Vartan. Un jour de 1980, Sylvie est allée au théâtre pour voir Madame Marguerite, une œuvre du Brésilien Roberto Athayde qu’il avait fait adapter en français.

Sylvie Vartan

Quand Sylvie Vartan a entendu les mots d’Annie Girardot, elle a été submergée par les émotions : “Elle avait une magnifique tirade dans laquelle elle ne se manifestait que par des adverbes.

J’ai donc demandé à l’auteur un texte dans ce genre. Ce fut Aimer, un poème constitué de verbes à l’infinitif”, a-t-elle confié à L’Express en 2004. Lorsqu’elle a reçu son texte, elle a été enchantée, attirée par une telle délicatesse.

cash

Sylvie Vartan est conquise et désire ardemment pouvoir l’interpréter. Cependant, malgré son exceptionnelle mémoire, Sylvie a du mal à se rappeler ces mots qui rappellent la naissance et la fin d’un immense amour, tant ces mots résonnent avec ce qu’elle a enduré pendant plus de 15 ans avec Johnny Hallyday, dont elle venait de se séparer !

Il m’a fallu 3 semaines pour le retenir”, dit-elle, ” mais en général, ça se fait tout seul. C’est une histoire déchirante”, déclare-t-elle. Cette coopération ne va pas s’arrêter là.

Le Dimanche, Encore ou P’tit bateau sont d’autres perles du répertoire de Sylvie rédigées par cet artiste qui est devenu indispensable au succès de la chanteuse.

De fait, au fil des années, le natif des beaux quartiers de Paris et la toute petite immigrée bulgare ont fini par se découvrir, s’apprécier et se valoriser. Ils sont désormais incapables de se passer les uns des autres.

Homme diaboliquement séduisant, il adore le genre opposé, puisqu’il fait interpréter à Julien Clerc “Femmes je vous aime”.

Sylvie Vartan en larmes

Outre sa romance artistique avec Sylvie Vartan, 4 femmes ont partagé sa vie avec ce concepteur au charme indéniable : Marie, sa 1ère femme, avec qui il a eu 2 enfants, Clément et Florent ; la comédienne Julie Arnold ; l’écrivain Geneviève Dormann, avec qui il a une fille, Clémentine ; et Véronique Bachet, à qui il a dit “oui” en 1997.

Avec Sylvie, ils s’aimaient d’une façon différente, une profonde amitié, une proximité inégalée que la distance (elle vit à Los Angeles depuis près de 40 ans, lui a toujours vécu à Paris) n’a jamais atténuée.

fond du cœur

Dans la délicieuse comédie d’Yves Robert Nous, Irons tous au Paradis, pour laquelle il a écrit le scénario, Jean Rochefort a fait cette remarquable déclaration à Anny Duperey : “Vous qui pénétrez dans mon cœur, ne prêtez pas attention au désordre.

“Le brillant cinéaste avait laissé l’icône blonde du yé-yé entrer dans le sien. Il l’avait aimée, admirant même le joyeux bazar, où l’imagination était souveraine.

Laeticia Hallyday

Dans son enfance, ce fils d’artiste de cirque (son père était le parolier de Maurice Chevalier) avait rêvé de devenir chauffeur de camion. Il empruntera une toute autre route faite de croisements, de courbes et de rencontres.

Ecrivain précoce, il publia son tout premier roman, Les Yeux secs, à l’âge de 19 ans, avant de se consacrer à une carrière de journaliste. A la même période, il rencontre Guy Bedos, avec qui il rédigera des sketches inoubliables, comme La Drague.

Sylvie Vartan

Un jour de 1967, il reçoit un appel de Serge Reggiani qui lui réclame une chanson. Emu, le jeune parolier refuse : “Je n’ai pas fait de chansons, j’ai écrit de petits romans pour vivre, j’ai fait des sketches pour la radio, je débute au théâtre, mais Reggiani persiste :

“C’est pour cela que je viens vous trouver. “En l’espace de 4 jours, il composera l’un des textes les plus émouvants du répertoire de Serge : Le Petit Gar-on. En effet, c’est pour son superbe travail de parolier qu’il a été reçu à l’Académie française en 2009.

Sylvie Vartan

Oui, vous l’avez tous identifié : l’immense artiste qui a gagné le cœur de Sylvie Vartan et l’a émue comme aucune autre s’appelle Jean-Loup Dabadie. Il est malheureusement décédé le 24 mai 2020, et il manquera beaucoup à Sylvie.

La “larme au cœur” se tarira-t-elle un jour ? Je n’en suis pas sûr, la douleur d’avoir perdu l’homme de sa vie artistique est si grande.

Cependant, une chose la réconforte : aujourd’hui, ce merveilleux auteur, convaincu, comme il l’a fait chanter à Michel Polnareff, que nous irons tous au paradis, a rejoint notre Johnny national.