Emmanuel Macron fait une visite surprise à l’arc de Triomphe et évalue les dégâts.

Après la manifestation des gilets jaunes ce samedi le président a fait une visite surprise à l’Arc de Triomphe pour évaluer les dégâts.

Ce samedi 1e décembre 2018, la manifestation des gilets jaunes contre la hausse de la taxe du carburant a pris une tout autre tournure. Des violences et des dégradations ont eu lieu un peu partout dans l’Hexagone notamment à Paris.

D’ailleurs l’Arc de Triomphe, place de l’Étoile à Paris a été le théâtre d’une violence inuit.

Ce monument national a fait l’objet d’une dégradation de grande ampleur, ce qui n’est pas passé inaperçu devant Emmanuel Macron bien qu’il était de l’autre côté de l’océan atlantique.

En effet, ce samedi, le chef d’État n’était pas en France. Il était en voyage officiel en Amérique Latine pour le sommet du G20.

Mais lors de son retour dans l’Hexagone, le premier réflexe d’Emmanuel Macron était d’évaluer les dégâts des actes de vandalisme commis en marge du mouvement des gilets jaunes.

Ainsi, le président est venu faire une visite surprise à l’Arc de Triomphe. Comme on peut le voir dans les images, Emmanuel Macron s’est d’abord recueilli devant la tombe du Soldat inconnu avant d’entrer à l’intérieur du monument.

Après avoir vu l’ampleur des dégâts, le chef d’État a rencontré les pompiers et des forces de l’ordre sur l’avenue Kleber comme nous le rapporte le site HuffPost.

Lors de cette visite, il sera d’ailleurs accueilli d’un côté par les riverains qui applaudissent et d’un autre par des manifestants qui crient à sa démission.

EMMANUEL MACRON NE PARLERA PAS

Face à ce déchaînement de violence de la part des gilets jaunes, une réunion de crise a été organisée le dimanche même.

Il y avait bien évidemment le président de la République Emmanuel Macron, le Premier ministre Édouard Philippe, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner accompagné de son secrétaire d’État et le ministre d’État chargé de la Transition écologique François de Rugy.

À l’issu de cette réunion, les gilets jaunes espéraient enfin obtenir ce qu’ils veulent, à savoir le gel de la hausse de la taxe sur le carburant. Malheureusement, c’est peine perdue. L’Élysée a annoncé qu’Emmanuel Macron ne parlera pas.