Sophie Tapie se confie sur un amour de jeunesse, un jeune homme défunt.

Avant de se marier, la fille du regretté Bernard Tapie, Sophie Tapie était amoureuse de Ferdinand Chesnais, fils de Patrick Chesnais. Mais ce dernier a perdu la vie dans un accident de voiture, à seulement 20 ans.

Sophie Tapie n’a pas été épargnée par la vie. Avant de perdre son père, après des années de lutte contre la maladie !

Sophie Tapie a perdu un autre homme dans sa vie !

bernard tapie sophie tapie

L’animateur Didier Barbelivien a joué avec la corde sensible de son invitée, Sophie Tapie, dimanche 3 juillet, sur Europe 1.

Sophie Tapie amoureuse d’un homme défunt

Il lui fait écouter la musique T’es beau, de Pauline Croz. De quoi émouvoir Sophie Tapie, qui avoue rapidement que cette chanson lui rappelle Ferdinand Chesnais.

Elle me rappelle une de mes amies qui était à Saint Paul, nous faisions du théâtre ensemble. C’était Ferdinand Chesnais, révèle-t-elle. Cette chanson, on l’écoutait en boucle. C’était vraiment notre chanson de l’époque et il est décédé subitement.

Sophie Tapie revient sur un souvenir traumatisant de sa jeunesse. Le jour où son cher ami est mort, à la suite d’un accident de voiture. Alors qu’il n’a que 20 ans, il part en voiture avec des amis.

Mais le chauffeur est ivre. La suite est malheureusement connue. Le fils du comédien, qui rêvait d’avoir la même carrière que son père, n’a pas survécu à ses blessures. Il meurt sur le coup.

Sophie Tapie et Ferdinand se connaissent car ils sont en cours de théâtre ensemble. La fille de Bernard Tapie a finalement choisi la chanson, mais Ferdinand Chesnais a senti qu’il pouvait évoluer, comme son père, dans la comédie.

Sophie Tapie, en direct de l’émission, se plonge alors dans ses souvenirs et se remémore leur relation :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sophie_Tapie (@sophietapie)

C’était un bon ami à moi, nous étions en classe ensemble et du jour au lendemain, il n’est jamais revenu en classe, confie Sophie Tapie.

Une journée tragique

Sophie Tapie se souvient logiquement de la terrible journée où, alors qu’elle est en classe, elle apprend la nouvelle. Leur professeur de théâtre est en retard. Et nous pensions qu’il y avait eu un problème. Nous étions à un milliard de lieues d’imaginer que c’était Ferdinand .

Ferdinand Chesnais était un homme très beau, dit Sophie Tapie. Et bien sûr, elle n’était pas insensible à sa beauté.

A l’époque j’avais 21 ans, ce n’est pas dans l’ordre des choses. Cela ne doit jamais arriver. C’était honnêtement le pire enterrement de ma vie. La douleur des parents, la sœur, ses grands-parents …

Ça m’a un peu traumatisé cette histoire car d’ailleurs, comme 99% des gens, j’étais très amoureuse de lui. Donc, en plus de cela, il y avait ce genre d’admiration, inachevée. Vous recommencez à faire le film : Et si…

La vie du comédien change lorsque son fils meurt dans un accident de voiture. Il vit l’irréel. Deux fois, il écrit ses pensées dans un livre.

Où est Ferdinand ? Journal d’un père orphelin, d’abord. Alors dans la vie est belle. Je me tue à te dire ça. Dans son dernier livre, il revient sur le jour des funérailles de son fils :

Je pouvais le voir allongé pour toujours dans cette boîte, juste devant moi, porté par de costauds pompes funèbres, calme, éteint, définitivement mort…

Des remords

Je pensais que j’aurais dû mieux le protéger et que j’aurais dû être celui dans cette boîte … Je n’ai pas été un bon père. Un bon père, ça évite à son fils de mourir à vingt ans.

Cependant, dévasté par la mort de son fils, l’acteur décide de monter sur scène ce soir-là. Il explique ainsi son choix : La situation était au bord, au bord de tout, de la détresse, de la mort, de la vie qui continue. C’est comme manger, pisser, dormir, à un moment donné ça vient, ça dégouline

Un an après la mort de son fils, il crée l’Association Ferdinand. Il souhaite sensibiliser les plus jeunes aux dangers de l’alcool au volant.

Sophie Tapie

Sans vouloir jouer les pères la morale, j’essaie de lutter contre ce sentiment totalement illusoire de toute-puissance, de dévaloriser, d’écorner cette image , déclarait-il en 2013, dans les pages du Parisien.