Shireen Abu Akleh : Comportement irrespectueux de la police israélienne !

Plusieurs responsables internationaux ont dénoncé l’intervention de la police lors des funérailles des Shireen Abu Akleh!

Vendredi 13 mai, lors des funérailles, à Jérusalem, de Shireen Abu Akleh, le cercueil de la journaliste palestinienne ayant failli tomber au sol après les coups de matraques contre les porteurs.

mort Shireen Abu Akleh

 

Des milliers de Palestiniens assistaient vendredi aux funérailles de la journaliste Shireen Abu Akleh d’Al-Jazira, convaincue qu’elle a été tuée par un tir de l’armée israélienne, lors d’un raid à Jénine (nord de la Cisjordanie), le 11 mai.

Cortège funèbre de Shireen Abu Akleh

Alors qu’elle portait un gilet pare-balles siglé presse et un casque de reportage pour couvrir un raid militaire israélien. Territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, elle a reçu une balle dans la tête.

À la sortie du cercueil de l’hôpital Saint-Joseph de Jérusalem-Est, un secteur palestinien de la ville également occupé par Israël. La police israélienne a fait irruption dans l’enceinte de l’institution et a chargé la foule en agitant des drapeaux palestiniens pour Shireen Abu Akleh.

Les policiers ont chargé ceux qui se sont rassemblés dans la cour de l’hôpital contre un mur ! Ils avançaient vers les grilles, vers la rue. Les forces de l’ordre se sont alors retournées contre deux des porteurs.

L’un d’eux a été frappé

En effet, L’un d’eux a été frappé au moins dix fois avec une matraque dans les côtes et sur l’épaule, a reçu des coups de pied dans les fesses et s’est finalement effondré. Le cercueil s’est renversé, en direct devant les caméras, mais sans tomber.

Quatorze personnes ont été blessées, dont trois touchées à la tête par des balles métalliques cerclées de caoutchouc. Tous étaient rentrés chez eux à la fin de la journée.

Nous avons été profondément troublés par les images de l’intrusion de la police israélienne dans le cortège funèbre, a déclaré le secrétaire d’État américain Antony Blinken.

L’Union européenne a condamné l’usage disproportionné de la force et le comportement irrespectueux de la police israélienne contre les participants au cortège funèbre , selon son chef de la diplomatie, Josep Borrell.

Consternée par la violence

Le niveau de force inutile exercé par la police israélienne tout au long du cortège funèbre. La délégation de l’UE avait tweeté plus tôt, selon qui ce comportement aussi disproportionné ne fait qu’alimenter les tensions.

La représentation française à Jérusalem a jugé les violences policières à l’Hôpital Saint-Joseph profondément choquantes. Tandis que le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’est dit profondément troublé.

Dans un communiqué, le ministère qatari des Affaires étrangères a déclaré que les forces d’occupation n’ont pas seulement tué Shireen Abu Akleh. Mais ils terrorisaient ceux qui l’accompagnaient jusqu’à son dernier lieu de repos.

Si vous n’arrêtez pas ces chants nationalistes, nous devrons vous disperser en utilisant la force et nous empêcherons les funérailles d’avoir lieu.

A déclaré un policier israélien dans un mégaphone en direction de la foule dans l’enceinte de l’hôpital Saint-Joseph.


Selon un communiqué de la police, les émeutiers ont empêché les membres de la famille de charger le cercueil de Shireen Abu Akleh dans un corbillard pour se rendre au cimetière, comme convenu avec la famille.

La foule a refusé de remettre le cercueil dans le corbillard, la police est intervenue pour l’empêcher de le prendre.

Au cours de l’émeute !

Le Croissant-Rouge palestinien a fait état de trente-trois blessés et la police israélienne de six arrestations.

Après l’intervention de la police, la foule a accompagné le cercueil dans une église de la vieille ville où une messe a été dite, avant , a-t-il déclaré.

Les funérailles de Shireen Abu Akleh ont eu lieu dans le contexte de nouveaux affrontements à Jénine et dans ses environs, lors d’opérations de l’armée.

Un policier israélien a été tué par des combattants palestiniens et treize Palestiniens ont été blessés.

L’armée israélienne a lancé plusieurs opérations pour appréhender, selon elle, des Palestiniens recherchés dans le camp.

Shireen Abu Akleh

Bastion des factions armées palestiniennes d’où sont originaires les auteurs d’attaques meurtrières ces derniers mois en Israël.