Gilets jaunes : la sévérité sera de mise avertit Emmanuel Macron.

Plus de 500 personnes ont été blessées en marge des manifestations des gilets jaunes depuis le 17 novembre, Le président tient à faire preuve de fermeté.

Le président de la République tient à faire preuve de fermeté contre d’éventuels nouveaux débordements.

Face au dérives constatées depuis le 17 novembre, premier jour de rassemblement des gilets jaunes, l’Etat opte pour la fermeté. Emmanuel Macron a déclaré ce mercredi, en préambule du conseil des ministres, que “la sévérité sera(it) de mise” contre “des comportements inacceptables” lors des manifestations des “gilets jaunes”, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.

fermeté

“Il y a des souffrances légitimes qu’il faut entendre mais il y a aussi eu des comportements inacceptables. Il faut être intraitable sur l’ordre public. Nous ne pouvons accepter les deux personnes décédées, les blessés chez les manifestants et chez les forces de l’ordre, ni les propos racistes, antisémites ou homophobes”, a-t-il ajouté.

Sondage: Philippe et Macron plombés par les gilets jaunes

Dans le baromètre mensuel d’Ipsos publié ce mercredi pour novembre, Emmanuel Macron concentre 70% d’opinions défavorables, et Edouard Philippe 65%.

Emmanuel Macron

Edouard Philippe chute à son tour. Alors que contrairement au chef de l’Etat il se maintenait dans l’opinion des Français dans les récents sondages, le Premier ministre accuse à son tour une baisse de sa cote de popularité dans le baromètre mensuel d’Ipsos pour Le Point publié ce mercredi. D’après cette étude réalisée la veille et le jour de la première mobilisation des gilets jaunes, il perd 4 points d’opinions favorables, avec près de 27% seulement. A l’inverse, il recueille 65% d’opinions défavorables, soit une hausse de 6%.

Et ce chiffre englobe les opinions très défavorables, qui quant à elles augmentent de 8,37%. Des opinions formulées par une majorité d’ouvriers (55% d’opinions très défavorables parmi eux) et un rural sur deux (50%).

La même crispation s’observe sur la cote de popularité d’Emmanuel Macron. Si elle reste stable, à 26% d’opinions favorables contre 70% de défavorables, comme au mois d’octobre, les avis “très défavorables” augmentent de 3 points, à 44%. Les sympathisants de la France insoumise sont les plus mécontents, avec 72% d’avis très défavorables (+16 points), devant ceux du PS, à 50%, avec une hausse là aussi, de 15 points. Concernant les catégories sociales et démographiques, la grogne est maximale chez les ouvriers (61,5% d’avis très défavorables) et les ruraux (55%).

Gilets jaunes

Baromètre mensuel réalisé par Ipsos pour Le Point les 16 et 17 novembre 2018 sur un échantillon de 1000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.

Manifestation des gilets jaunes: les rassemblements seront interdits place de la Concorde

Laurent Nuñez, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, a annoncé ce mardi sur le plateau de Ruth Elkrief que certains périmètres “pas assez sécures”, comme la place de la Concorde, seraient fermés aux manifestations, ce samedi.

“Nous ne pouvons pas interdire des manifestations, mais nous pouvons interdire des périmètres.” Invité de BFMTV ce mardi, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur a annoncé que la place de la Concorde serait fermée à toute manifestation ce samedi. Dimanche dernier, un appel à manifester sur cette célèbre place parisienne a été lancée via Facebook par un gilet jaune, et regroupe déjà près de 30.000 internautes.

France

Ce mardi, Laurent Nuñez a tenu à rappeler les règles censées accompagner toute manifestation: “Les rassemblements doivent être déclarés. Nous devons discuter avec les organisateurs afin de trouver un endroit sécurisé et ainsi permettre à la liberté de manifester de s’exprimer normalement, sans danger pour les manifestants.”

Pour le moment, aucune prise de contact n’a été établie avec la préfecture de police afin d’officialiser ce rassemblement instigué sur les réseaux sociaux, assure le secrétaire d’Etat. “Nous espérons que la déclaration sera faite”, souligne-t-il précisant que cette information permettra au gouvernement d’évaluer les nombres d’agents qui devront être mobilisés afin que la manifestation se déroule en toute sécurité