Les scientifiques prévoient la fin du monde !

Connaissez-vous l’horloge de l’Acpocalypse ? Ce n’est pas une blague, ce sont d’ailleurs des scientifiques qui l’ont créée !

Combien de temps l’espèce humaine peut-elle encore espérer vivre? Quand sonnera le glas de la fin du monde? Jeudi, les scientifiques atomiques à changer l’heure de l’apocalypse.

C’est quelque chose de très sérieux. Les scientifiques déterminent l’horloge du Jugement dernier en anglais, qu’ils avancent ou reculent en fonction de certains paramètres.

En janvier, chaque année, la position de l’aiguille peut changer. Les experts mettent ensuite à jour un Bulletin des scientifiques atomistes.

conseil scientifique indépendant

L’heure est toujours indiquée par rapport à minuit, qui symbolise ici l’heure de l’apocalypse, ou la fin de l’humanité.

Le calcul du temps fait par des scientifiques

Ça te fait sourire? Pensez-vous à un 1er avril? Si cela peut paraître étrange en effet, la démarche ne se veut pas moins sérieuse.

De plus, le calcul du temps est le résultat d’un travail minutieux de scientifiques de renommée mondiale. Mauvaise nouvelle: selon ces experts, l’extinction de l’humanité n’est plus qu’à un jet de pierre.

Mais cela peut encore changer. En effet, en janvier 2017, des scientifiques atomistes avaient fixé l’heure de l’apocalypse à 23h57 et 30 secondes, soit 2 minutes et 30 secondes avant minuit.

En janvier 2018, ils ont établi un nouveau record. Les aiguilles se retrouvent en effet à 23h58, soit 2 minutes avant minuit. Cela signifie donc qu’en l’espace d’un an, la situation mondiale s’est nettement détériorée.

Cette horloge reflète ainsi l’état général de la planète, influencé par l’action quotidienne de l’homme et des États et leurs conséquences.

Créée en 1947, l’horloge de l’Apocalypse est née grâce aux scientifiques qui ont travaillé sur l’émergence de la bombe atomique.

La bombe atomique détruirait notre terre

Ce dernier s’est vite rendu compte que l’utilisation de cette bombe atomique pouvait détruire la vie sur terre en très peu de temps.

Les scientifiques ont ainsi voulu mesurer les conséquences des menaces encourues par la planète, qu’il s’agisse de menaces politiques, environnementales, pandémiques ou économiques.

Depuis 1947, chaque année, des chercheurs des plus prestigieuses universités américaines calculent ainsi l’heure de l’apocalypse.

C’est une drôle d’entreprise de calculer quand la fin du monde sera là… Mais attention, c’est une heure métaphorique!

Les scientifiques s’appuient ainsi sur plusieurs indices pour mesurer l’heure de la fin du monde.

Par exemple, la prolifération des armes nucléaires, mais aussi les innovations technologiques, les cyberattaques, ou encore la crise climatique et le réchauffement climatique, rappellent en effet nos confrères de La Croix.

Le réchauffement climatique et la survie de la planète !

Le facteur climatique occupe désormais une place décisive dans la mesure de la survie de la planète. En 2018, nous étions au même moment de l’Apocalypse qu’en 1953.

La campagne présidentielle aux États-Unis, avec les propos tenus par Donald Trump, sur l’extension de l’arsenal nucléaire des États-Unis, avait par exemple récemment été prise en compte. Ou son climatoscepticisme assumé, qui inquiète en effet les scientifiques.

La Corée du Nord, la guerre en Ukraine, le respect des Accords de Paris sur le climat… Chaque année, les scientifiques prennent en compte tous les paramètres.

L’humanité continue de faire face à deux dangers existentiels simultanés. La guerre nucléaire et le changement climatique qui sont aggravés par un multiplicateur de menaces… La cyberguerre de l’information, qui mine la capacité de réaction de la société.

La situation sécuritaire internationale est désastreuse. Non seulement parce que ces menaces existent, mais aussi parce que les dirigeants mondiaux ont permis à l’infrastructure politique internationale de les gérer.

Et cette horloge apocalyptique est tellement à la hausse que deux New-Yorkais ont récemment développé un radio-réveil apocalyptique. Cette application pour smartphone considère les scénarios de fin du monde les plus catastrophiques comme une alarme.

scientifique

Cela fait rire certaines personnes, mais pour d’autres, c’est l’anxiété qui prime. Et nous les comprenons!