Après un appel au Samu, qui ne s’est pas déplacé, une femme est retrouvée sans vie dans son lit 10 jours plus tard.

Après un appel au Samu, qui ne s’est pas déplacé, une femme est retrouvée sans vie dans son lit 10 jours plus tard.

Samu : Dans cette affaire, le parquet de Mulhouse a ouvert le 20 septembre une information judiciaire pour « non-assistance à personne en danger ».

Samu ! « non-assistance à personne en danger par personne morale », contre le groupement hospitalier régional Mulhouse-Sud-Alsace, et pour « non-assistance à personne en danger contre X », en l’occurrence le médecin régulateur du 15 qui avait pris en charge l’appel.

intervention samu

Une information judiciaire a été ouverte à la suite du décès mi-juin à Mulhouse (est de la France) d’une femme dont l’employeur avait appelé le Samu pour signaler ses douleurs à la poitrine, sans qu’un véhicule ne soit dépêché, a-t-on appris samedi auprès du parquet. Cette femme de 60 ans avait été retrouvée morte dans son lit par un voisin, dix jours après l’appel au Samu.

parquet de Mulhouse

Le 3 juin, l’employeur de cette femme, la directrice d’une agence d’intérim mulhousienne, avait contacté le 15 pour signaler que la victime se plaignait de douleurs au bras et à la cage thoracique, alors que l’agence venait de l’appeler pour lui confier une mission. « Elle se plaignait de douleurs à la cage thoracique, des douleurs intercostales, au coeur et au bras gauche. Elle disait ne pas réussir à respirer correctement », a raconté la responsable de l’agence qui souhaite rester anonyme.

Samu

La directrice explique être restée en contact avec la sexagénaire jusqu’à ce qu’elle reçoive l’appel du Samu, mais ensuite aucun véhicule sanitaire n’aurait été envoyé pour lui porter assistance.

L’autopsie pratiquée sur le corps a confirmé que la victime était décédée des suites d’un arrêt cardiaque.

Pas de dysfonctionnement formel de la régulation du Samu, selon le parquet

groupement hospitalier

La régulation médicale du Samu de Mulhouse semble avoir fonctionné selon les règles, mais une information judiciaire doit permettre d’enquêter sur d’éventuelles responsabilités, a indiqué lundi le parquet de Mulhouse.

« Il n’apparaît pas dans un premier temps qu’il puisse y avoir formellement un dysfonctionnement », « puisqu’il y a effectivement un opérateur du Samu qui passe immédiatement un médecin et le médecin interroge tout à fait normalement cette femme », a expliqué, lors d’une conférence de presse, la procureure de la République à Mulhouse Edwige Roux-Morizot.

« Une réponse a été donnée, maintenant la réponse a-t-elle été pertinente ? C’est tout le sens des investigations qui vont être effectuées », a-t-elle poursuivi.

la suite avec le SAMU =============>

SOYEZ INFORMÉ SANS ATTENDRE DES NOUVEAUX ARTICLES !

Merci pour votre inscription !

Cela n'a pas fonctionné.