Retraite, chômage : le quinquennat Macron va entrer dans le dur.

Retraite, chômage : le quinquennat Macron va entrer dans le dur.

Quinquennat : Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a assuré que le gouvernement allait poursuivre le rythme des réformes en 2019.

Malgré la crise des gilets jaunes, l’exécutif compte poursuivre les réformes en 2019. Selon le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire, le quinquennat d’Emmanuel Macron va même “entrer dans le dur” cette année, a-t-il prévenu ce jeudi sur France inter.

matignon

Et parmi les grands chantiers du gouvernement : réformer le système des retraites, les indemnisations chômage et la dépense publique.

L’année 2019 doit être l’année des choix décisifs pour notre pays”, a affirmé le ministre au micro de France inter, convaincu que le programme de réformes du président de la République n’était pas affaibli par les mouvements sociaux de ces dernières semaines.

“Avancer encore plus vite”

Selon lui, le gouvernement a en 2017 et 2018 “engagé une transformation en profondeur du pays et fait des choix qui étaient difficiles, courageux et nécessaires”, ce qui lui donne un “socle solide” pour poursuivre les réformes. “Je crois profondément que le quinquennat commence à partir de maintenant à entrer véritablement dans le dur”, a assuré Bruno Le Maire.

LIRE NOTRE DOSSIER COMPLET

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie

Bruno Le Maire, député Les Républicains de l’Eure depuis 2012, était l’un des candidats battus à la primaire à droite pour la présidentielle 2017. Après l’élection d’Emmanuel Macron à l’Élysée, il est nommé le 17 mai 2017 ministre de l’Économie dans le nouveau gouvernement d’Édouard Philippe. Celui qui a déjà été ministre à l’Agriculture, pendant trois ans sous Nicolas Sarkozy et François Fillon, a longtemps travaillé avec Dominique de Villepin. En 2016, il publie Ne vous résignez pas! aux éditions Albin Michel. Après son élimination au premier tour de la primaire (2,4% des votes), l’homme politique né en 1969 avait rejoint l’équipe de campagne de François Fillon, dont il démissionne finalement le 1er mars en raison de l’affaire Penelope Fillon.

quinquennat

Livre: le malade, le ministre et le temps qui reste

Gilets jaunes: Le maire prévoit une perte de croissance

Sans accord européen, la France veut taxer les Gafa dès 2019

Le ministre des Finances a ensuite expliqué qu’il fallait maintenant “avancer et avancer encore plus vite sur des sujets qui sont décisifs pour notre avenir collectif : notre système de retraites, l’indemnisation du chômage et un État qui doit être plus efficace au service des Français”. Il s’agit selon lui désormais de déterminer “quelle dépense publique nous sommes prêts à réduire pour enfin réduire les impôts et les taxes des Français”.