Que sait-on sur Yelizaveta Vladimirovna la prétendue fille de Vladimir Poutine !

Vladimir Poutine n’a pu empêcher les informations sur l’existence de sa fille présumée illégitime, Yelizaveta Vladimirovna, de fuité. Âgée d’à peine 19 ans, on en sait un peu plus sur la jeune fille.

Vladimir Poutine : Elle s’appelle Elizaveta Vladimirovna Krivonogikh et sa filiation a été confirmée grâce aux Pandora Papers. La jeune femme de 19 ans a divulgué des informations sur son compte Instagram, qui compte plus de 100 000 followers.

Alors que son compte est désormais fermé, et qu’Instagram est actuellement interdit en Russie, Elizaveta a posté des photos de son style de vie privilégié fait de voyages en jet privé et de liens avec des familles influentes.

vladimir poutine fonctions précédentes

La femme qui aurait indiqué qu’elle vivrait potentiellement à Londres serait une créatrice de mode et une DJ. Elle serait fan de grandes marques telles que Hermès et Agent Provocateur et se serait récemment rendue à Paris.

Lorsque cette histoire a éclaté, le porte-parole de Vladimir Poutine a déclaré que les allégations n’étaient pas très convaincantes et donc infondées, mais il était déjà trop tard. Le moulin à rumeurs battait son plein.

Depuis, Elizaveta, dont de nombreuses photos sont disponibles sur son compte Instagram, a déclaré au GQ russe qu’elle ressemblait probablement à Poutine quand il était jeune, mais a refusé de confirmer leur relation.

Une maîtresse et 4 enfants ?

Carole Grimaud Potter, professeur de géopolitique russe à l’université de Montpellier, a déclaré à La Dépêche : Vladimir Poutine est toujours resté extrêmement discret sur sa famille. Depuis 2008, il aurait eu une jeune maîtresse de trente ans sa cadette, la championne olympique de gymnastique Alina Kabaeva, rapporte le journal.

Cette union aurait donné naissance à quatre enfants. C’est le magazine Moskovski Reporter qui aurait révélé l’information. Suite à ses révélations, le journal a fermé ses portes, indique Carole, avant d’ajouter que désormais les médias russes évitent d’enquêter sur sa famille.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par king 222 (@jhon_morgane_bah)

Sergei Zhirnov était un ami de Vladimir Poutine lorsqu’il était au KGB. Cet ancien espion dresse un portrait inquiétant de l’actuel président russe dans les colonnes du Figaro, ce vendredi 11 mars.

Sergueï Zhirnov est un ancien espion du KGB. Au cours de sa formation, il a été amené à rencontrer Vladimir Poutine, le président russe. Celui qui vient de publier un livre sur son parcours, intitulé L’éclaireur, a accordé une interview au Figaro, ce vendredi 11 mars, dans laquelle il livre ses réflexions sur le chef du Kremlin, parfois comparé à Hitler.

poutine vladimir

Les commentaires font froid dans le dos. Selon Sergueï Zhirnov, Vladimir Poutine est un homme solitaire qui n’écoute personne : Il est devenu paranoïaque, avec des tendances psychopathiques. Il semble que le Covid et l’enfermement aient accentué sa solitude volontaire, dit-il.

Pour l’ancien officier du KGB, le mode opératoire de celui qui souffrirait du syndrome d’Hubris, qui se traduit par une forme de narcissisme et de confiance en soi hypertrophiée qui réduit la lucidité, est assez étrange.

Il affirme que le président russe n’est pas un fan des réunions car elles impliquent plusieurs personnes et donc plusieurs témoins, et qu’il déteste prendre des décisions. Il ajoute : Il préfère recevoir les gens en face à face et les uns après les autres.

Pour chaque projet, il dit oui et finalement (non sans beaucoup de tergiversations) n’en retient qu’un, mais pas forcément sur une base logique. Diviser pour mieux régner, telle est la technique de Vladimir Poutine, selon Sergei Zhirnov.

Il a choisi de se tuer politiquement et économiquement.

Une technique qui a ses limites, mais dont l’ami de Gérard Depardieu ne se soucie pas. Pour l’ex-espion, le président russe est même allé jusqu’à nommer des idiots à des postes de responsabilité, et à prendre pour exemple les dysfonctionnements qui touchent l’armée russe en Ukraine.

vladimir poutine

Néanmoins, il persiste et signe, allant jusqu’à brandir le spectre des armes nucléaires, note Sergueï Zhirnov. Et il conclut : Cette fuite en avant est inquiétante. J’ai presque l’impression qu’il a choisi de se suicider politiquement et économiquement.

 

Réagissez à cet article