Les «gilets jaunes» sont toujours autant mobilisés en province.

Les «gilets jaunes» sont toujours autant mobilisés en province.

Province ! Si à Paris le mouvement semble s’essouffler, les «gilets jaunes» en régions maintiennent leur mobilisation, chacun à leur manière.

« On ne lâchera rien ». Près de 66.000 personnes se sont mobilisées ce samedi partout en France pour l’acte 5 des « gilets jaunes », soit près de deux fois moins que la semaine précédente. Ce cinquième samedi de manifestation avait valeur de test pour Emmanuel Macron, qui avait annoncé lundi des mesures pour mettre fin à cette fronde inédite.

Si à Paris le mouvement semble s’essouffler, les « gilets jaunes » en province maintiennent leur mobilisation, chacun à leur manière. A Bordeaux et Toulouse, le nombre de manifestants était deux fois plus important qu’à Paris. 20 Minutes vous fait un tour d’horizon de la mobilisation en régions, où les manifestations ont été émaillées d’incidents.

cri du cœur

Avec 4.500 manifestants, la mobilisation ne faiblit pas à Bordeaux

Une mobilisation en chute libre au niveau national, mais qui ne faiblit pas à Bordeaux. La ville du sud-ouest a attiré samedi 4.500 manifestants, record en France. C’est une vraie marée jaune qui a envahi les rues de la ville. Florence, une habitante de Floirac qui travaille à La Poste, a assuré à 20 Minutes qu’ « il y avait de plus en plus de monde chaque samedi. » Si elle est revenue pour cet acte 5, c’est parce qu’elle « n’a pas été convaincue par les annonces d’Emmanuel Macron, qui ne sont que des mesurettes ». « Ce sont des miettes qu’on nous jette », s’agace-t-elle. Des heurts ont éclaté avec les forces de l’ordre au niveau de la place Pey-Berland. Au total, 22 personnes ont été blessées, dont six légers du côté des forces de l’ordre, et 27 personnes ont été placées en garde à vue pour « port de projectiles, armes prohibées, préparation de violence ou dégradation. »

miettes

A Toulouse aussi, davantage de manifestants qu’à Paris

Avec 4.500 manifestants mobilisés pour l’acte 5, les « gilets jaunes » de Toulouse, aidés par les « gilets orange » des syndicats, ont frappé plus fort qu’à Paris. Ils ont aussi fait preuve d’une certaine insolence en s’agenouillant symboliquement, mains sur la tête, devant les deux blindés de la gendarmerie spécialement déployés pour l’occasion, dans une allusion aux 151 jeunes interpellés devant un lycée de Mantes-la-Jolie. Des échauffourées ont éclaté à la dispersion du cortège, accompagnées d’incendies de poubelles et de barricades. Au total, 31 personnes ont été interpellées « avec différentes armes ou pour des dégradations ou violences à l’encontre des forces de l’ordre », a indiqué la préfecture. L’acte V a également fait 29 blessés, dont 21 dans les rangs des forces de l’ordre, et plus d’une dizaine de vitrines ont été détériorées.

A Nantes, plusieurs interpellations et des blessés

La suite ==>

SOYEZ INFORMÉ SANS ATTENDRE DES NOUVEAUX ARTICLES !

Merci pour votre inscription !

Cela n'a pas fonctionné.