Des policiers furieux appellent leurs collègues à enfiler leur “gilet jaune”.

Un collectif de policiers fait une sensibilisation sur les réseaux sociaux pour demander aux agents de rejoindre le mouvement des gilets jaunes.

Dimanche, un collectif de policiers issus de l’association des «policiers en colère» a publié un message sur Facebook.

Baptisé le «collectif autonome des policiers d’Île-de-France» ce groupe lance un appel adressé aux agents des forces de l’ordre à rejoindre le mouvement des gilets jaunes.

Ce collectif est né après les «policiers en colère».

Le message qu’ils lancent est clair. Ils demandent à leurs collègues d’enfiler cet accessoire emblématique et de se prendre en photo de dos, sur leurs lieux de travail ou près de leurs véhicules.

furieux

UN MOUVEMENT POUR DENONCER LA DETRESSE DES POLICIERS

Dans ce post, le collectif cite les divers facteurs qui font obstacle au bon déroulement de la vie des forces de l’ordre. Il dénonce entre autres le manque de moyens, les décisions de justice laxistes ou encore le manque d’effectifs.

collègues

Le message cite tous les facteurs pouvant inciter les divers services de force de l’ordre à rejoindre le mouvement.

«Enfilez votre plus beau gilet jaune fourni par l’administration!! Prenez-vous en photo (avec vos collègues) devant un véhicule ou un bâtiment police et envoyez-nous votre photo.»

police

Le collectif encourage même les policiers à prendre des photos en compagnie d’autres agents des forces de l’ordre comme les gendarmes, les pompiers, les douaniers, les policiers municipaux et les agents pénitentiaires.

sensibilisation

«Le management carriériste, le manque de moyens, le manque d’effectifs, les décisions de justice laxistes, le manque de volonté politique, l’individualisme grandissant dans notre profession»

Cette publication a été partagée plus de 10 000 fois, seulement lundi après-midi.

Rappelons que l’association «les Policiers en colère» a récemment subi une perte considérable. Son fondateur, Maggy Biskupski, s’est suicidé dans son domicile. Elle a dénoncé des conflits au sein de l’association, dans sa lettre d’adieu.