David Hallyday répond aux piques selon lesquelles Johnny ignorait ses concerts.

Piques : C’est notamment pour revenir sur les rumeurs et faire des révélations sur sa relation avec son père que le fils de Johnny a décidé d’écrire.

David Hallyday a décidé de sortir du silence et de parler de sa vie privée comme il le fait rarement. Le fils de Johnny Hallyday a décidé d’écrire un livre intitulé “Tu ne m’as pas laissé le temps”, dans lequel il parle à Laurent Lavige.

Malgré ce que certaines mauvaises langues ont pu dire, Johnny Hallyday était extrêmement fier de son fils David. Il faut dire que le jeune Hallyday a un talent inné pour la musique et qu’il brûle de la même passion pour cet art que le légendaire rockeur.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Happy birthday my loving son. Dad loves you🎸🎉😍

Une publication partagée par Johnny Hallyday (@jhallyday) le

Il l’a ainsi accompagné sur scène à la batterie mais il a aussi écrit des chansons pour lui au cours des années 90 comme par exemple “Mirador” ou bien encore “Possible en moto”.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Wow merci Luc sur mer !!! Quelle énergie 🌟🌟🌟🌟

Une publication partagée par david hallyday (@david_hallyday) le

Mais il était aussi très fier de la carrière que David a menée, bien qu’elle n’ait pas été aussi colossale que la sienne. Et bien que certaines personnes aient dit que Johnny n’était jamais venu voir un concert de son fils, ce ne sont que de simples rumeurs.

“Mon père est souvent venu me voir à mes concerts. Simplement il ne le disait pas, dans la mesure où je suis quelqu’un de discret, je ne l’invitais pas pour qu’il prenne des photos avec moi”, raconte David dans son livre.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Happy birthday dad !!! You’re the best ☀️☀️☀️love you [email protected]

Une publication partagée par david hallyday (@david_hallyday) le

Et quand la question de la gestion de la carrière de Johnny après sa mort a été abordée, David Hallyday a raconté qu’il en aurait discuté avec son père en 2015, dans l’église de Marnes-la-Coquette.

“Je ne nie pas ce que tu évoques. Je ne donnerai pas de précision dans la mesure où ce serait mal venu et vulgaire. Toutefois il convient de rectifier un point. Ce n’est pas moi qui ai abordé le sujet. C’est arrivé au milieu d’une conversation avec mon père concernant l’héritage artistique d’autres personnes, et c’est lui qui m’a dit, dans ce contexte, que c’était la même chose pour nous. Il ne voyait pas qui d’autre que moi pouvait s’en charger.”