Nordahl Lelandais est-il impliqué dans une nouvelle affaire ! les détails sordides.

Arte diffuse un nouveau numéro de son documentaire “The Missing”. Une piste est à l’étude, celle de Nordahl Lelandais qui pourrait être impliqué.

Cet épisode s’intéresse aux disparitions de Jean-Christophe Morin et Ahmed Hamadou lors d’un même festival. Une piste est envisagée, celle de Nordahl Lelandais.

A-t-on affaire à un véritable tueur en série ? C’est en tout cas la question que se posent de nombreux enquêteurs. Tout commence le dimanche 27 août 2017 dans une petite commune de Pont-de-Beauvoisin en Isère. Un mariage se déroule lorsque vers trois heures du matin, la petite Maëlys disparaît subitement. Après plusieurs mois d’enquête, la police trouve enfin un suspect. Nordahl Lelandais, un ancien militaire, maître-chien dans l’armée de terre âgé de 34 ans au moment des faits. Les premiers éléments dévoileront que son téléphone a borné aux mêmes endroits que la fillette, et l’analyse de sa connexion internet dévoile qu’il aurait regardé des sites pédopornographiques avant et après le meurtre de la petite fille.

Nordahl Lelandais

Les premiers témoignages expliquent également qu’un homme, que peu de personnes connaissaient sur place aurait invité Maëlys à aller voir ses chiens. Quelques jours plus tard, Nordahl Lelandais est arrêté. Les enquêteurs font le lien avec plusieurs disparitions encore non élucidées dans la région, comme celle du caporal Arthur Noyer. Après des années d’enquête, il est reconnu coupable de la disparition du jeune homme de 23 ans.

Nordahl Lelandais, un redoutable tueur en série ?

Depuis, de nombreuses familles tentent de faire rouvrir des dossiers. C’est le cas notamment des disparus du fort de Tamié. Une enquête à découvrir mercredi 21 juillet 2021 sur Arte. Cette dernière s’intéresse à la disparition inquiétante de deux hommes, qui ont subitement disparu au même festival le samedi 10 septembre 2011 et le samedi 8 septembre 2012. Dans le reportage, les journalistes d’Arte donnent la parole aux familles des victimes qui espèrent un jour être entendues par les enquêteurs et par la justice presque 10 ans après les faits ! et si c’était Nordahl Lelandais.

Nordahl Lelandais

Pour eux, il y a de fortes chances que Nordahl Lelandais soit impliqué dans cette affaire comme le confiait Adeline Morin, sœur de Jean-Christophe à nos confrères de Télé Star mercredi 21 juillet 2021 : “Ils ont aussi jugé qu’aucun élément ne permettait d’ouvrir une instruction. Il a fallu attendre l’affaire Nordahl Lelandais en 2018 et que la presse fasse le lien avec la disparition de Jean-Christophe pour que nous rencontrions l’avocate Corinne Herrmann (spécialisée dans les affaires non résolues, ndlr), grâce à un journaliste” explique-t-elle. “Trop d’éléments sont encore à explorer pour que l’affaire soit classée. J’ai donc espoir que la justice fasse son travail”.

Affaire Maëlys : comment la science a contraint Nordahl Lelandais à avouer son meurtre

L’enquête sur la disparition de la petite Maëlys de Araujo a mis des mois à dire sa vérité : la fillette de 8 ans a été tuée par Nordahl Lelandais. L’ancien maître-chien, qui a avoué le meurtre après la découverte de l’ADN de la victime dans sa voiture, sera jugé du 31 janvier au 11 février 2022 par la cour d’assises de l’Isère.

xavier dupont de ligonnès nordahl lelandais

En mars 2018, Nordahl Lelandais a indiqué avoir tué Maëlys par accident. Une preuve accablante mise en lumière grâce à la science l’a forcé à parler : de l’ADN appartenant à la fillette a été découvert dans le coffre de sa voiture. Il avait tout nettoyé de fond en comble le lendemain du drame. Mais une infime trace de sang a suffi aux enquêteurs.

La voiture de Nordahl Lelandais totalement démontée

L’Audi A3 avait été inspectée une première fois mais les premières analyses n’avaient rien donné. Alors le juge en charge de l’affaire a demandé à ce qu’elle soit totalement désossée, boulon après boulon. Les enquêteurs ont utilisé des centaines d’écouvillons, frottant des petits coton-tige sur le moindre petit millimètre.

Le lieutenant-colonel Sylvain Hubac de l’Institut de recherches criminelles de la gendarmerie nationale a effectué ces prélèvements. Le véhicule avait été soigneusement nettoyé. C’est pour cela que l’on s’était focalisés pas sur des zones facilement accessibles”, explique-t-il. “On est partis du principe qu’il fallait démonter certains éléments pour voir s’il n’y avait pas des traces, de par les projections d’eau ou d’autres liquides, ou des coulures dans des endroits pas accessibles à première vue.

Ce travail a duré onze jours avant de porter ses fruits. Les gendarmes ont fini par trouver la preuve irréfutable incriminant Nordahl Lelandais : de minuscules gouttes de sang avaient échappé au nettoyage minutieux qu’il avait effectué.