Nicolas Bedos : les révélations CH0C sur la mort de son père.

nicolas bedos

Les jours passent mais la douleur reste. Pour Nicolas Bedos, l’été n’a en rien adouci son deuil, les révélations CH0C sur la mort de son père.

Nicolas Bedos : Plus de 2 mois après avoir fait ses adieux à son cher père dans le cimetière de Lumio, en Corse, là où il repose désormais en paix, son chagrin est toujours aussi intense.

Nicolas Bedos ne s’est jamais autant trouvé sur le fil du rasoir. En effet, comment aurait-il pu en être autrement, alors qu’il a eu le malheur de perdre son père bien-aimé, disparu le 28 mai, quatre jours à peine après la mort de son parrain, l’académicien Jean-Loup Dabadie, et de sa marraine, l’avocate Gisèle Halimi, qui a donné son dernier souffle le 28 juillet ?

Devant cette avalanche d’épreuves, Nicolas tente de tenir bon, en s’accrochant à sa passion, le cinéma, et la promotion de son nouveau film, OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire, prévu pour une sortie en février 2021.

Il ne peut cependant s’empêcher de raconter ses derniers moments avec son père, comme il le faisait pour nos confrères du Point.

Même si la quarantaine à fleur de peau concède, avec une bonne dose d’humour noir, avoir eu “la chance d’avoir un père malade” afin de se préparer en douceur à l’issue fatale, il doit supporter le choc de le voir dépérir peu à peu.

bedos nicolas

Cependant, par respect pour lui, Nicolas Bedos préfère garder le silence sur ce mal irréversible dont il est atteint depuis quelque temps déjà, cette maudite maladie d’Alzheimer qui a dû rendre Guy Bedos très fragile au cours de ses dernières semaines de souffrance…

“Il ne pesait presque rien, seule sa grâce restait”, confesse Nicolas, accablé par le chagrin. “Depuis quelques mois, nous pensons pour lui… Ce n’est pas un choix de ma mère, de ma soeur ou de moi.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Week-end indecent

Une publication partagée par Nicolas Bedos (@nicolasbedosofficiel) le

On se dit : “Qu’aurait-il voulu ?” Dans le music-hall, nous ne parlons pas de ces choses-là. La fin de la vie est une humiliation quand on est malade”, continue-t-il.

A la fin, le comédien pensait aussi pouvoir remonter sur scène : “Il a toujours nié sa maladie”, raconte-t-il.

doria tillier nicolas bedos

Au jour de sa mort, Guy est soudainement revenu à la raison et a dû lui dire au revoir avec dignité. Nicolas Bedos a repris des forces au cours des dernières nuits”, raconte Nicolas avec beaucoup d’émotion.

Il est parti avec des regards et des mots d’une grande lucidité. Il a su qu’il partait, et a dit au revoir comme un prince. »

Révélations choquantes sur cette “personne exceptionnelle” que fut Guy Bedos, selon les termes de son fils, qui admet se sentir “dépourvu”.

Un sentiment que partagent tous les Français… Courage, cher Nicolas !

film nicolas bedos

Nicolas Bedos : En enfer de la dépression

Nicolas Bedos revient sur un épisode tragique de sa jeunesse, où il était sujet à des troubles obsessionnels compulsifs et a souffert d’une longue dépression.

Cette maladie a failli le priver de tous ses talents…

Nicolas Bedos semble, à première vue, plus sûr de lui que pas assez. Pourtant, dans une interview accordée au magazine Psychologies, l’acteur est revenu sur sa surprenante mue, d’enfant “gâté et choyé”, marquée de timidité, avec la grande bouche qui figure sur le plateau de “On n’est pas couché”.

L’acteur y évoque en particulier un épisode particulièrement sombre de son adolescence, où son “système nerveux est déjà très encombré”.

A l’âge de 12 ans, l’écrivain devient sujet à des troubles obsessionnels compulsifs, ces fameux TOC, de plus en plus handicapants.

nicolas bedos doria tillier

À 16 ans, Nicolas met des gants en classe, se lave cinq fois par jour, désinfecte son bureau, ne peut pas supporter le contact avec les autres, compte et vérifie tout trois fois.

À vingt ans, l’usage excessif de psychotropes et les doutes auxquels le jeune homme est confronté le plongent dans l’enfer de la dépression.

Le futur dramaturge ne sait plus ni penser ni parler. “Moi qui rêvais de devenir écrivain, soudain je me suis concentré sur l’idée obsédante et irrationnelle que mon cerveau était grillé”, raconte l’homme qui s’est improvisé comédien.

Je suis devenu fou
Dans cette impasse, l’acteur n’imagine pas être capable de se sortir de cette situation délicate, laquelle aura duré quatre ans. “J’étais devenu fou”, raconte Nicolas Bedos.

nicolas bedos femme

Nicolas Bedos : “Quand je suis arrivé à la télévision pour réaliser ma première chronique, on ne voyait que l’arrogant, très à l’aise, mais pour ma famille et moi, c’était un miracle : quelques années plus tôt, je n’arrivais toujours pas à m’exprimer lors d’un dîner”, raconte-t-il, fier d’avoir “étranglé ses démons”.

Et si l’écrivain a enfin réussi à surmonter cette épreuve, il la doit “au temps, à l’amour d’une femme et aux médicaments”.

nicolas bedos

Sans eux, Nicolas Bedos admet volontiers qu’il n’aurait pas réussi. “Je suis agacé quand je vois certains amis couler en refusant d’être soignés. Le pire poison, ce n’est pas l’antidépresseur, mais la dépression“, dit-il. Il semble que pour lui, cela ait fonctionné.


Sacha Lemaquis

Passionné depuis mon plus jeune âge par l'écriture et la rédaction sur tous les Peoples, je suis également de nature très curieux, je m'intéresse à beaucoup d'autres sujets et surtout j'adore le sport !