Nicola Sirkis s’explique sur les prix de ses concerts et étrille certains artistes.

Nicola Sirkis

Sur le plateau de C à vous, Nicola Sirkis a expliqué pourquoi il propose des places à des « prix raisonnables » et il en a profité pour étriller les artistes.

Indochine est l’un des rares groupes à proposer des tarifs abordables à leurs fans. À 45 euros maximum la place, les billets partent très vite et les concerts du groupe sont rapidement complets. Après l’incroyable succès de la tournée 13 Tour, Indochine a décidé de faire une belle surprise à ses fans en ajoutant une date au stade Pierre-Mauroy à Lille.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Nicola Sirkis (@nicolasirkis) le

Ce dernier a affiché complet en à peine quelques heures. Invité pour la première fois sur le plateau ce C à vous ce jeudi soir, Nicola Sirkis explique pourquoi son groupe applique de tels tarifs, malgré leur très longue carrière, et il en profite pour dénoncer les autres artistes qui profitent des marges sur leurs billets.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Dernier decollage j-3

Une publication partagée par Nicola Sirkis (@nicolasirkis) le

« On ne taxe pas, on ne surtaxe pas le public parce que je trouve ça totalement incohérent. Nous, on fait de la musique, la musique c’est pour apporter un moment du bonheur, un moment d’évasion où tout peut être permis dans les concerts », a commencé à expliquer Nicola Sirkis. « Déjà, je trouve que 45 euros, c’est super cher, et à partir du moment où on maîtrise les chiffres – on essaye, c’est un long combat – on sait qu’au-delà, c’est pour enrichir, c’est pour des artistes qui se défiscalisent,… Bref, c’est tout ce truc que nous, on n’aime pas, que nous, on fait pas », a conclu le chanteur qui ne citera personne.

Malgré un prix qui pourrait être dérisoire comparé à ceux de certains artistes, le groupe Indochine arrive à proposer de véritables shows avec d’incroyables mises en scènes. « Moi, je n’ai pas besoin de plus, on n’a pas besoin de plus. Du moment que tout le monde est payé. On arrive quand même à faire des supers concerts de 3 heuresavec beaucoup de production », a ajouté Nicolas Sirkis, même s’il avoue que les mises en scène « coûtent la peau du cul ». Une séquence à découvrir dans le zapping ci-dessus.

Indochine : 5 choses que vous ne saviez peut-être pas sur Nicola Sirkis

1. Son vrai nom

Si l’orthographe de son prénom vous semble originale, c’est normal. Nicola Sirkis, de son vrai nom Nicolas Sirchis, en modifiera quelques lettres au moment de la création du groupe Indochine au début des années 80.

2. Son groupe

Pourquoi « Indochine » comme nom de groupe ? Par rapport à l’écrivain français Marguerite Duras, auteur des romans L’amant et Barrage contre le Pacifique. « Ses livres étaient sensuels, charnels, décadents avec une puissance poétique », a-t-il expliqué dans une interview à Paris Match.

3. Son frère jumeau

Le groupe Indochine, à ses débuts, se compose entre autres de Stéphane, jumeau de Nicola Sirkis. Il en restera membre jusqu’à sa mort en 1999 des suites d’une hépatite C, en laissant derrière lui une fille, Lou, âgée de 26 ans aujourd’hui. Le public a notamment pu la voir sur la scène du Stade de France en 2010 à l’occasion du concert Putain de stade mais aussi en première partie d’autres shows de la bande de son oncle avec son propre groupe, Toybloïd.

4. Son grand frère Christophe

La fratrie Sirkis se compose également de Christophe, de deux ans l’aîné. Mais les rapports entre Nicola et lui sont conflictuels : en 2009, Christophe Sirkis publie Starmustang, hommage à son petit frère Stéphane avec pour but « d’apporter au lecteur le maximum d’informations pour qu’il se fasse une opinion », confiera-t-il au Parisien. Et ce à propos du rôle de Nicola Sirkis dans la descente aux enfers et la mort de son jumeau.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Merci a tous C est grace a vous merci a la sacem

Une publication partagée par Nicola Sirkis (@nicolasirkis) le

5. Sa vie privée

Nicola Sirkis s’est marié deux fois : avec l’actrice Marie Guillard, puis Gwenaëlle Bouchet, avec laquelle il a eu une fille, Théa, 15 ans. De son côté, il a également un petit garçon nommé Alice (oui, oui), prénom qui apparaît plusieurs fois dans l’œuvre d’Indochine et Nicola Sirkis (Alice et June, Alice dans la lune…). Certains médias mentionnent enfin un troisième enfant, en bas âge, prénommé Jules.