Nicholas Angelich décédé : Brigitte Macron et Roselyne Bachelot soudées !

Nicholas Angelich n’avait que 51 ans. Le 18 avril dernier, ce pianiste de renom, mondialement connu dans la musique classique, s’est éteint !

Américain de naissance, c’est pourtant sur le sol français, à Paris où il vivait depuis de nombreuses années, les obsèques de Nicholas Angelich ont eu lieu en l’église SaintRoch, dans le 1er arrondissement, le mardi 26 avril.

Parmi les témoins de cet adieu déchirant, Marc Voinchet, directeur de France Musique, Renaud Capuçon qui jouait à l’intérieur de l’église, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, non loin de la Première Dame Brigitte Macron accompagnée de José Pietroboni, chef du protocole de l’Elysée.

Brigitte Macron en deuil

Deux jours seulement après la victoire de son mari Emmanuel Macron à l’élection présidentielle, la réalité a vite rattrapé l’élégante exprofesseur, vêtue de noir de la tête aux pieds pour cette si triste occasion.

Les obsèques de Nicholas Angelich

Le décès de Nicholas Angelich a provoqué une vague d’hommages sur la toile. A commencer par ceux de Renaud Capuçon, violoniste et de son épouse Laurence Ferrari : Nicholas, Comme ton son, tu étais lumineux et tendre à la fois. Tu étais un pianiste extraordinaire, un ami sensible, fidèle et généreux. Ton départ soudain nous laisse un grand vide.

Je ne jouerai plus jamais une note de Brahms sans être proche de toi a écrit le musicien sur Twitter. La journaliste a souligné son immense tristesse et le talent du seigneur du piano, l’un de leurs chers amis.

Le 18 avril 2022 sera définitivement un jour sombre pour le monde de la musique classique. Si ce jourlà, Nicholas Angelich succombe aux conséquences de sa maladie respiratoire il avait subi une greffe que son corps a malheureusement rejetée.

Deux autres grands noms de la musique tirent également leur révérence. Radu Lupu, pianiste roumain de 76 ans, qui a succombé à une longue maladie en Suisse. Harrison Birtwistle, qui s’est éteint à l’âge de 87 ans.

Angelich était un grand interprète des œuvres pour piano de Beethoven, Brahms et Liszt, mais aussi des compositeurs du XXe siècle, notamment Messiaen, Stockhausen, Boulez ou Bruno Mantovani.

Il s’est produit avec de nombreux orchestres internationaux prestigieux, sous la direction de grands chefs tels que Charles Dutoit, Sir Colin Davis, Kurt Masur et Myungwhun Chung.

Victoires de la musique classique

Au disque, il avait notamment enregistré l’intégrale des Années de pèlerinage, de Liszt. Sa dernière sortie date de septembre 2018, un enregistrement des concertos 4 & 5 de Beethoven avec l’Insula Orchestra et le chef Laurence Equilbey.

Nicholas Angelich avait reçu la Victoire du soliste instrumental de l’année en 2013 et en 2019. Né aux ÉtatsUnis en 1970, il donne son premier concert à l’âge de 7 ans et entre au Conservatoire national supérieur de Paris à 13 ans.

Nicholas Angelich était un homme qui rayonnait d’honnêteté et de bonne nature, a déclaré Alain Lanceron, le président de Warner Classics et Erato.

En tant que musicien, il étonnait par sa maîtrise de son instrument, faisant de lui un véritable poète du piano, a poursuivi Lanceron.

Sur le plan personnel

Il était adoré par ses collègues musiciens pour sa générosité et son esprit de collaboration. C’est par la musique qu’il s’exprimait le plus complètement et qu’il ouvrait à l’auditeur des mondes nouveaux, parfois éblouissants.

Vous pouvez entendre Angelich interpréter Träumerei des Kinderszenen de Robert Schumann lors de l’édition 2010 du Verbier Festival ci-dessous.

Renaud Capuçon rendra hommage à Nicholas Angelich, qui a été un habitué du Festival de Pâques depuis sa création en 2013. Il évoquera les souvenirs des moments musicaux et amicaux qu’ils ont tous deux partagés.

Nicholas Angelich

Il évoquera également l’immense pianiste qu’était Nicholas Angelich. A trois jours de la clôture du Festival, Renaud Capuçon dressera également un premier bilan de cette édition 2022, qui a vu le retour du public dans les salles.