Netflix : 100 millions de foyers vont payer !

Contre toute attente, Netflix a perdu un grand nombre d’abonnés ! La plateforme de vidéo en streaming pointe du doigt le partage de compte !

Netflix ne se satisfait pas de ces mauvais résultats. En effet, depuis sa création, la plateforme de vidéo en streaming a toujours eu un bon développement jusqu’à aujourd’hui. Elle vient de perdre plus de 200 000 abonnés pour la première fois en dix ans.

Ainsi, cette chute soudaine et assez importante a entraîné, par la même occasion, une baisse des revenus attendus. Et cela n’est pas passé inaperçu à Wall Street. En effet, l’action Netflix a perdu plus d’un quart de sa valeur !

serie netflix

Pour contrebalancer la perte de certains de ses clients, Netflix pourrait changer sa stratégie commerciale. En effet, depuis le début de sa création, la plateforme refuse de mettre des publicités. Eh bien, elle pourrait changer d’avis afin de récupérer le manque à gagner.

Neflix a décidé de rectifier le tir

Dans quelques années, Netflix pourrait proposer une nouvelle offre d’abonnement moins chère mais incluant des publicités. De plus, il pense aussi à baisser ses exigences en matière de sélection de films et de séries en réduisant les dépenses de production.

Selon les explications de Netflix, la baisse du nombre d’abonnés est liée au partage de compte entre plusieurs personnes. En effet, l’entreprise évoque la possibilité que plus de 100 millions de personnes aient accès au service sans le payer grâce au partage de connexion. En plus des 222 millions d’abonnés officiels. Une différence colossale.

Alors, pour récupérer ses utilisateurs clandestins, Netflix va mettre en place un dispositif pour que les propriétaires de comptes puissent le partager, mais en payant un supplément.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Netflix France (@netflixfr)

De cette façon, tout le monde est gagnant. Netflix récupère des fonds et les utilisateurs peuvent rattacher des tiers à leur compte.

Baisse des abonnements à Netflix

Un autre facteur a été mis en cause pour expliquer cette baisse des abonnements à Netflix. En effet, de nombreux foyers ont souscrit un abonnement pendant la crise sanitaire et le premier endiguement de 2020. Un bon moyen de passer le temps lorsque nous étions tous enfermés et ne pouvions pas sortir.

Maintenant que la crise du Covid-19 s’éloigne doucement, certains ont préféré mettre fin à leur abonnement. Aussi, depuis le conflit entre l’Ukraine et la Russie, près de 700 000 clients de Netflix se sont désabonnés du service. Les Français chercheraient-ils à faire des économies ? Ce ne serait pas étonnant au vu du coût de la vie qui ne cesse d’augmenter.

On peut se demander si les solutions proposées par Netflix pour limiter le manque à gagner sont les meilleures ? En effet, il est compréhensible que Netflix souhaite augmenter ses prix pour continuer à se développer, mais il ne faut pas oublier la concurrence sur le marché du streaming.

Les concurrents

Certes, ses concurrents sont arrivés sur le marché après lui et ils n’ont pas un choix aussi large, mais le tarif est aussi plus abordable, ce qui pourrait en tenter plus d’un. Pour rappel, en 2014, Netflix proposait trois offres : 7,99 euros, 8,99 euros et 11,99 euros. En 2019, l’entreprise avait augmenté les prix de ses trois offres : 7,99 euros, 11,99 euros et 15,99 euros.

Le 1er octobre, la plateforme a de nouveau augmenté ses prix. Les trois offres sont passées à 8,99 euros, 13,49 euros et même 17,99 euros par mois. Ainsi, cela représente une augmentation de 50% par rapport à son offre de lancement en 2014.

Netflix justifie ces augmentations par ses investissements dans la production de films et de sérieux, mais cela peut tout de même faire fuir certains abonnés. Par exemple, aux États-Unis et au Canada, ces augmentations auraient entraîné une perte de 600 000 utilisateurs.

netflix

En effet, à côté de cela, les gens peuvent essayer d’aller vers d’autres plateformes, comme Disney+, Apple TV+ ou même Amazon Prime Video. A suivre !

Réagissez à cet article