Mort de Jean Piat, monstre sacré du théatre

Mort de Jean Piat, monstre sacré du théatre

Mort de Jean Piat

Pour hommage à Jean Piat, partagez cet article, merci.

Le comédien Jean Piat, monstre sacré du théâtre français est décédé à Paris le mardi 18 septembre dans la soirée.

Il avait principalement été remarqué dans le feuilleton télévisé Les Rois maudits en 1972, à l’aube de ses 94 ans puisqu’il ils es aurait eu dimanche prochain.

La comédie française :

En 1947, Jean Piat entre à la Comédie-Française.

Il y resta vingt-cinq ans. Un quart de siècle qui imposa cet homme charismatique dans un répertoire allant de Beaumarchais à Feydeau, en passant par Hugo et Rostand.

Pêle-mêle, quelques rôles qui ont façonné la notoriété de ce comédien nommé sociétaire en 1953.

On citera Figaro du Barbier de Séville, Don César de Bazan de Ruy Blas, Bois d’Enghien du Fil à la patte, mis en scène par Jacques Charon et, bien sûr, Cyrano de Bergerac.

Huit années consécutives, il a incarné le héros de Rostand face à Geneviève Casile. Avec charme et panache. Tout le public féminin rêvait d’être Roxane.

Vedette de théatre :

Vedette du théâtre privé, il ne cesse de séduire le public aux côtés de Mireille Darc dans Chapitre II.

Il jourera avec Jeane Manson dans L’Homme de la Mancha où il succède à Jacques Brel, donnant à réentendre ce spectacle musical remonté par Jean-Luc Tardieu.

Françoise Dorin lui confie L’Étiquette qu’il joue avec succès au Théâtre des Variétés, puis il retrouve Feydeau, Le Dindon au Palais Royal…

Les pièces succèdent aux pièces. Il écrit un premier livre, Les Plumes des paons (Éditions Plon, 1989).

Déjà un ouvrage riche de souvenirs personnels et de pensées sur le théâtre qui reçoit le prix Broquette-Gonin décerné par l’Académie française.

Homme de plume, c’est comme adaptateur de L’Affrontement, pièce de Bill Davis, qu’il joue avec ferveur avec Francis Lalanne, qu’il reçoit un molière en 1997.

Jean Piat s’en est allé rejoindre sa compagne, la comédienne et grande romancière François Dorin.