Une mère à mis fin à ses jours après que les services de santé l’aient harcelée.

Les services de santé sont impitoyables, Une mère à en effet mis fin à ses jours, elle était constamment contrainte de payer ses factures médicale.

Penny Oliver, une mère britannique de 54 ans, s’est suicidée après s’être endettée pour les médicaments dont elle avait besoin pour traiter sa dépression, a rapporté Mirror.com le 17 novembre 2018.

Oliver a commencé à recevoir des factures du British National Health Service pour des médicaments, ajoutant des frais de pénalité et des suppléments faisant passer le montant dû de 20,60 £ à 120,60 £ – et ce n’était qu’une de ses factures.

UNE FEMME DÉPRIMÉE JUGÉE APTE AU TRAVAIL

Oliver, qui travaillait à temps partiel dans un bar à tapas, s’est fait dire que ses prestations étaient réduites parce qu’elle était apte à reprendre le travail. En conséquence, elle a dû payer ses médicaments.

Depuis que les prestations d’Oliver ont été réduites, son revenu a subi une réduction drastique et c’est à cette époque que le ministère du Travail et des Pensions et son conseil l’ont informée que cette mère de famille leur devait des prestations versées en trop et des arriérés d’impôts.

mère

MENACÉE PAR LE SERVICE DE SANTE

Oliver qui avait sombré dans la dépression après la mort de son fils âgé de 15 ans, une overdose 5 ans auparavant, a reçu une lettre la menaçant de la poursuivre en justice au sujet de ses dettes et indiquant que son employeur – son seul moyen de subsistance – serait informé de sa situation.

LA FEMME DÉSESPÉRÉE DONNE SON CHIEN

La situation d’Oliver a empiré chaque jour. La mère avait des dettes énormes et ne disposait que de quelques livres à la banque. Sa situation était si désespérée qu’elle a donné son chien à un ami car elle ne pouvait plus se permettre de le nourrir.

santé

SON APPEL A L’AIDE NEGLIGE

Oliver est allé voir son médecin et lui a dit que sa dépression et son anxiété avaient empiré. Selon sa fille Charlotte, âgée de 29 ans, Oliver lui aurait dit qu’elle avait des idées suicidaires.

Oliver s’est suicidée, prenant une overdose de médicament anti-dépression qu’elle ne pouvait plus se permettre. Sa famille l’a trouvée sur son lit, entourée de piles de demandes de paiement et de lettres de menaces du NHS et du DWP.

La famille d’Oliver est amère et outrée, soulignant que les institutions mêmes qui auraient dû protéger leur mère l’ont poursuivie jusqu’à sa mort.

Les institutions en question ont fait des déclarations publiques dans lesquelles elles affirmaient que Penny Oliver aurait pu faire appel de leurs demandes et qu’elle avait reçu des informations et des conseils sur la manière de demander de nouvelles prestations. ”