Cette mère à “simulé” un cancer pour récolter “50 000 euros”, une “honte”.

Dans la description rédigée par son mari, on peut lire que la femme venait d’être diagnostiquée d’un cancer des ovaires, une “honte”.

Cette terrible histoire prend place à Broadstairs, en Angleterre, en février 2018. Une mère de famille de 40 ans décide de lancer une cagnotte en ligne.

En quelques mois, le couple anglais était parvenu à mobiliser de nombreux internautes autour de ce faux cancer. En tout, 700 personnes lui ont versé plus de 45 000 livres, soit plus de 50 000 euros. Seulement, après l’ouverture d’une enquête, la police a découvert que cette histoire n’était qu’un mensonge.

justice

La femme a donc été inculpée de 6 chefs d’accusation de fraude le 5 avril dernier.

la femme venait d’être diagnostiquée d’un cancer des ovaires et qu’après avoir subi plusieurs opérations, elle devait de nouveau se faire opérer en Espagne. « Nous avons besoin d’assez d’argent pour couvrir le traitement, l’opération, les analyses sanguines, l’IRM, les frais de déplacement » , expliquait l’annonce publiée sur GoFundMe et supprimée depuis.

cancer

On y voyait également une photo de la mère allongé dans un lit d’hôpital accompagné de son fils de 11 ans.

En quelques mois, le couple anglais était parvenu à mobiliser de nombreux internautes autour de ce faux cancer. En tout, 700 personnes lui ont versé plus de 45 000 livres, soit plus de 50 000 euros. Seulement, après l’ouverture d’une enquête, la police a découvert que cette histoire n’était qu’un mensonge.

cancer des ovaires

La femme a donc été inculpée de 6 chefs d’accusation de fraude le 5 avril dernier.

Un mensonge qui lui vaut 6 chefs d’accusation

Libérée sous caution par la police, elle sera jugée devant le tribunal le 2 mai prochain. « Une femme a été accusée d’avoir frauduleusement accepté 45 350 £ de dons pour une maladie qu’elle n’aurait pas eue. Elle est accusée de six chefs de fraude à la suite d’une enquête menée par des détectives de la Direction des crimes graves du Kent et de l’Essex.

mère

Elle aurait prétendu à tort avoir eu besoin d’un traitement contre le cancer pour pouvoir recevoir des dons de membres du public, entre février et août 2018. » , a expliqué un porte-parole des forces de l’ordre.