Dany Boon et ses impôts : il répond aux accusations de Médiapart.

Médiapart : Sur la gestion de son patrimoine, l’acteur Dany Boon a pris la parole officiellement pour se défendre au sujet du paiement de ses impôts.

Médiapart : Fin mars 2018, Dany Boon expliquait encore dans C à Vous sur France 5 sa position sur le paiement de ses impôts en France. Dans un extrait publié sur Twitter que vous pouvez revoir ci-dessus, l’acteur et réalisateur s’exprimait au sujet d’un comptable qui lui aurait conseillé de créer une structure au Luxembourg pour éviter de payer une partie de ses impôts en France. “Il me disait ‘Si tu fais une structure au Luxembourg et c’est autorisé tu vas éviter tant d’impôts. Je lui ai dit ‘non mais je serais ravi de payer des impôts.'”

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Nos bleus à l’échauffement… allez !!!!! 🇫🇷🇫🇷🇫🇷🇫🇷🇫🇷🎉🎉🎉🎉 #france #coupedumonde2018

Une publication partagée par Dany Boon (@danyboon) le

Contacté personnellement par la rédaction de Médiapart, Dany Boon n’aurait pas souhaité réagir dans le cadre de l’enquête des journalistes. Dans un mail envoyé par l’avocat de l’acteur, on apprend que Boon aurait été prêt à répondre aux questions mais qu’il aurait mal vécu le fait que Médiapart essaie d’entrer en contact avec le concierge de l’acteur dans sa maison de campagne, des méthodes qu’il aurait trouvé “hallucinantes” et “déloyales”. Contacté une nouvelle fois en septembre 2018, Dany Boon n’aurait jamais répondu aux questions de Médiapart.

Ce que disait Dany Boon sur ses impôts

A l’occasion de la tournée de Dany Boon dans toute la France pour la promotion du film La Ch’tite Famille début 2018, le journal Marianne avait pu poser plusieurs questions au comédien et réalisateur sur ses impôts. A l’époque, le réalisateur et cinéaste déclarait ceci : “Je paie 50% d’impôts en France quoi qu’il arrive. J’ai payé mon premier tiers le 15 février, j’y paierai mon deuxième tiers et mon troisième tiers.” Des déclarations que les révélations de Médiapart mettent désormais à mal. Il évoquait également la contribution de ses films au fonds du Centre National du Cinéma, une question qui n’est pas soulevée par le magazine en ligne : “En outre, avec les entrées qu’enregistrent mes films, je suis un des plus gros contributeurs à la taxe qui alimente le fonds de soutien du CNC. Et ça me va très bien ! J’ai gagné cet argent grâce à mon pays, à l’éducation que j’y ai reçue, c’est normal que ça lui revienne.”

Ce que dit l’enquête de Médiapart

Après une journée de teasing sur les réseaux sociaux, Médiapart a publié le mercredi 23 janvier une enquête vidéo sur les arrangements qu’aurait trouvé Dany Boon avec sa fiscalité. Dans une vidéo de 20 minutes publiée sur Médiapart, la rédaction évoque le rôle de “patriote fiscal” que se serait créé l’acteur et réalisateur de Bienvenue chez les Ch’tis. Le cinéaste et comédien a en effet expliqué à plusieurs reprise qu’il était normal de rendre au pays grâce auquel il a connu le succès. Or de nombreuses sources vérifiées par la rédaction de Médiapart portent à croire que l’acteur n’aurait pas été tout à fait honnête dans ses déclarations.

L’enquête de Médiapart sur les documents reçus à la rédaction évoque un patrimoine allant de la France au Royaume-Uni en passant par la Belgique et les Etats-Unis. La résidence fiscale de Dany Boon serait en effet située au Royaume-Uni depuis 2014. Il ne paierait donc pas l’intégralité de ses impôts en France. Les avocats de l’acteur lui auraient conseillé d’ailleurs de tenir deux calendriers, l’un pour calculer le nombre de jours qu’il passe en France et l’autre pour calculer le nombre de jours qu’il passe au Royaume-Uni, un pays où la fiscalité est plus douce.

Médiapart explique par ailleurs que Dany Boon aurait réclamé en 2016 à ce que son patrimoine mondial ne soit pas soumis au droit fiscal français, une demande “contraire à ce qu’il raconte publiquement” commente le journaliste Fabrice Arfi chef du pôle enquête du journal en ligne. Par ailleurs, Médiapart rapporte que Dany Boon aurait investi dans des “Hedge funds”, des fonds spéculatifs, qui seraient domiciliés dans des paradis fiscaux comme les îles Caïmans.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Dany Boon (@danyboon) le

Ces “Hedge funds”, expliqués dans l’enquête vidéo par deux experts en économie, sont des fonds qui recherchent pour leurs clients la rentabilité à tout prix, quitte à racheter des entreprises en banqueroute pour y réduire drastiquement les coûts sans prendre conscience de la qualité de vie des employés. Les documents épluchés par Médiapart révèlent que Dany Boon aurait investi dans onze de ces fonds spéculatifs entre 2014 et 2016. Ces investissements seraient passés par des paradis fiscaux comme les Bahamas ou encore les îles Caïmans. Contacté par la rédaction de Médiapart, l’acteur n’aurait pas souhaité s’exprimer au sujet de l’enquête.

Dans un post publié sur les réseaux sociaux, Dany Boon réagit à l’enquête de Médiapart sur la gestion de son patrimoine. Publiée le mercredi 23 janvier, celle-ci s’appuie sur des documents qui lui ont été transmis. Médiapart explique alors que Dany Boon aurait régulièrement changé de résidences fiscales dans des pays où la fiscalité serait plus douce, qu’il aurait fait une demande pour que le droit de succession français ne s’applique pas sur son testament. Enfin, il aurait également effectué des placements dans des paradis fiscaux. Dany Boon nie les accusations parues dans Médiapart : “Je vais vous rassurer immédiatement. J’ai toujours payé, je paye et je paierai toujours tout l’impôt là où il m’est réclamé partout où j’exerce mes activités professionnelles et artistiques.”

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Quel beau cadeau de fin d’année ! Merci les biloutes, ça me touche vraiment. Vive la comédie ! ✨🤪❤

Une publication partagée par Dany Boon (@danyboon) le

Le cinéaste et comédien précise par ailleurs son taux d’imposition sur ses revenus 2017 : “près de 50%”. Au sujet d’investissements dans des paradis fiscaux, Dany Boon répond : “toutes mes économies placées le sont légalement et déclarées dans le strict respect du droit et du devoir fiscal.” Enfin, à propos de son héritage, l’acteur est clair : “je n’ai déposé qu’un seul et unique testament et il est chez un notaire en France.”