5 femmes déguisées en «Marianne» font face à des gendarmes mobiles sur les Champs-Elysées.

Marianne ! Drôle de scène sur les Champs-Elysées ce samedi en marge de «l’acte 5» des «gilets jaunes», a voir absolument, une belle performance artistique.

La scène rentrera-t-elle dans les livres d’histoire ? Quoi qu’il en soit, l’image est pour le moins insolite. Cinq femmes habillées en « Marianne » se sont dressées devant des gendarmes mobiles sur l’avenue des Champs-Elysées à Paris​ ce samedi pendant le cinquième jour de manifestation des «gilets jaunes».

Une performance de Deborah de Robertis
Habillées avec des sweats rouges et la capuche relevée en guise de bonnet phrygien, elles ont fait face, seins nus, à plusieurs gendarmes mobiles. En leur bloquant la route, ces derniers ont provoqué un face-à-face insolite et symbolique.

Selon les informations de franceinfo, il ne s’agit pas d’une action des Femen mais d’une performance de l’artiste luxembourgeoise Deborah de Robertis, connue pour ses performances nues dans les musées.

Manifestation des «gilets jaunes» EN DIRECT: Mobilisation en forte baisse avec 33.500 manifestants… Des incidents sur les Champs-Elysées…

Un mois après le début de leur mouvement, les «gilets jaunes» maintiennent la pression avec une nouvelle journée de mobilisation samedi partout en France, malgré les annonces d’Emmanuel Macron.

Samedi dernier, la quatrième journée de mobilisation a rassemblé 136.000 manifestants en France et s’est soldée par un nombre record d’interpellations (près de 2.000), plus de 320 blessés et des dégâts.

A Paris, 8.000 forces de l’ordre seront déployées samedi, appuyées notamment par 14 véhicules blindés à roues. Le week-end dernier, un total de 89.000 forces de l’ordre avait été affecté sur le territoire.

17h10 : La manifestation dispersée à Toulouse

Après une journée de mobilisation, les manifestants ont été dispersés à Toulouse selon notre journaliste sur place.

17h05: 136 interpellations dont 96 gardes à vue selon la préfecture de police à Paris

16h50 : 1.200 manifestants à Nantes, cinq interpellations et un policier blessé

Environ 1.200 personnes ont défilé dans une certaine tension samedi après-midi à Nantes, selon la police qui a procédé à cinq interpellations et utilisé du gaz lacrymogène pour disperser les manifestants vêtus pour la plupart de “gilets jaunes”. Un policier a été blessé et les manifestants « étaient 1.200 au plus fort » du rassemblement qui a démarré à 13h, a rapporté la police.

16h40 : Des canons à eau sur les Champs-Elysées pour disperser les manifestants

Les forces de l’ordre ont recours à Paris à un lanceur d’eau sur les Champs-Elysées pour disperser les manifestants, annonce la préfecture de police.

16h30 : Entre 1.600 et 2.000 manifestants dans le calme à Brest

Entre 1.600 « gilets jaunes », selon la police, et 2.000, selon les organisateurs, ont défilé dans une ambiance bon enfant samedi après-midi dans les rues de Brest. Les manifestants ont d’abord observé une minute de silence à la mémoire des victimes de la tuerie mardi à Strasbourg, qui a fait quatre morts et douze blessés. Comme ils s’y étaient engagés auprès des commerçants, ils ont ensuite défilé en évitant les principales artères commerçantes du centre-ville, drapeaux bretons et français au vent. A la gare, un petit groupe a brièvement occupé les voies ferrées avant de rejoindre le gros du cortège qui poursuivait ses déambulations vers 16h15 sous le soleil revenu.

16h25 : Des incidents à Besançon

La manifestation des «gilets jaunes» dégénère rue Charles-Nodier à Besançon.

16h20 : Situation tendue à Saint-Etienne

Selon un journaliste du Figaro, un manifestant a été touché par un tir de LBD à Saint-Etienne, où la situation est un peu tendue.


16h10 : Référendum d’initiative citoyenne, la demande qui monte chez les «gilets jaunes»

Devant l’Opéra Garnier à Paris, des représentants des « gilets jaunes » ont réclamé un référendum d’initiative citoyenne (RIC) afin de « rendre au peuple son rôle souverain ». Alors que plusieurs manifestants brandissaient des pancartes « RIC », ils réitéraient ainsi une demande formulée jeudi devant la salle du jeu de Paume à Versailles, haut lieu de la Révolution de 1789. Revendication montante du mouvement des « gilets jaunes », le référendum d’initiative citoyenne (RIC) ou populaire, défendu également par plusieurs partis politiques sous des formes diverses, vise à faciliter la consultation du peuple, sans associer le Parlement en amont.

16h05 : Des heurts sur la place Pey-Berland à Bordeaux

Premiers jets de projectiles contre les forces de l’ordre qui répliquent avec des gaz lacrymogène à Bordeaux, constate notre journaliste sur place.