Laeticia Hallyday : Ce recouvrement d’impôt qui lui coûtera cher !

Dès qu’elle entend le mot dette, Laeticia Hallyday a des frissons dans le dos. Entre elle et le FISC, le torchon brûle !

Depuis décembre 2017, la vie de Laeticia Hallyday n’est pas un long fleuve tranquille. Certes, elle a réussi à trouver l’amour mais Le Taulllier n’est jamais loin de ses pensées. Et pour cause, elle l’a accompagné jusqu’à son dernier souffle.

Oui, l’héritage de la chanteuse suscite des inquiétudes. Depuis quelque temps, David et Laura ont mis de l’huile sur le feu. Nous pensions qu’après l’arrangement, tout rentrerait dans l’ordre. Nous avions tout faux. Avec le FISC, l’idole des jeunes a laissé une ardoise estimée à plusieurs millions d’euros.

laeticia hallyday enceinte

Comme d’habitude, dès qu’il y a un rebondissement, vous pouvez compter sur Ton Mag pour vous en parler. Juste avant d’arriver au dernier, notre équipe le prend de haut. C’est parti, accrochez-vous, ça va secouer !

Trésor Public

Quand les agents du Trésor Public découvrent l’existence de transferts d’argent entre sociétés de l’artiste, ils tombent des nues. En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’il y a presque une décennie. Selon l’enquête menée, il s’agirait des gains de la tournée M’arrêter là (2009-2010). La SEP du même nom a transféré cet argent à la SARL Navajo.

Cette dernière collecte des fonds et décide ensuite d’effectuer un transfert de 2,1 millions d’euros. Cette fois, le destinataire était la SCI SLJ. Et c’est là que le bât blesse car elle appartient à Laeticia Hallyday et à son aîné. Elle était chargée d’acheter la fameuse maison de Marnes-Les-Coquettes et d’autres biens de valeur. Comment se fait-il que cette somme ait atterri dans la famille de Johnny ?

Que disent les avocats ?

De leur côté, les avocats du chanteur ont immédiatement réagi. Cet argument du prêt non imposable ne passe pas auprès du FISC. Au cours de l’enquête, les agents posent de nombreuses questions troublantes et établissent le scénario suivant. Dans un premier temps, ils ne comprennent pas la raison de ce transfert puisque les deux sociétés n’ont aucun lien commercial ou capitalistique.

De plus, en analysant plus attentivement les taux d’intérêt, ils constatent qu’il était particulièrement avantageux. Cette situation est évidemment suspecte. Jusqu’à la mort du mari de Laeticia Hallyday, pas un seul centime n’a été remboursé. Et oui, il ne manquerait plus que la famille se paie un loyer !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Laeticia Hallyday (@lhallyday)

Le verdict du FISC est sans appel. Il ne s’agit pas d’un prêt mais bien d’argent détourné par Johnny. Résultat des courses, cette fameuse somme sera imposable à 15%. Sans compter les pénalités de 40% pour manquement délibéré.

De son vivant, le chéri de Laeticia Hallyday était furieux alors il avait ordonné à ses avocats de régler ce litige dans les plus brefs délais. Après un refus du tribunal administratif de Paris, la cour d’appel a tranché en faveur du papa de Joy. Malheureusement, avec le recul, Ton Mag constate que ce n’était qu’un moment de répit avant le tsunami !

Le verdict ?

En rendant leur verdict en faveur de Johnny, les juges ont déterminé que le Trésor public n’avait pas suivi la procédure adéquate pour un recouvrement. En outre, il aurait fallu faire appel à un conseiller fiscal pour avoir son avis sur l’affaire. Cela montre que la précipitation peut jouer des tours ! En sautant cette étape, Laeticia Hallyday a gagné du temps.

Déterminé à récupérer cette somme, le FISC a saisi le Conseil d’État. Cette fois, tout se retourne contre la veuve de Johnny Hallyday. C’est un drame qui se joue. Dire qu’elle avait vraiment l’intention de tout recommencer avec Jalil Lespert. Elle a même proposé au fils de ce dernier de venir étudier aux États-Unis avec ses deux princesses.

laeticia hallyday

Et pour faire vivre correctement ce petit moment, il faut un peu d’argent à côté. Bref, face à ce mal nommé du tribunal administratif, son dossier sous le bras, elle est sommée de revenir au point de départ. Aïe, ça fait vraiment mal à la tête ! La suite dans le prochain numéro de Ton Mag !