Jean-Jacques Goldman furieux : son message complètement fou et effrayant !

Jean-Jacques Goldman est sorti de son silence le 30 mai dernier pour défendre les droits des artistes. Il s’est opposé dans un discours ferme à une proposition de loi, qui a finalement été promulguée le 15 novembre 2021.

Jean-Jacques Goldman

Jean-Jacques Goldman a quitté la scène depuis de nombreuses années. Et il a même fait savoir récemment, par le biais de ses proches, qu’il ne reviendrait pas.

Mais malgré sa retraite musicale, Jean-Jacques Goldman reste l’une des personnalités préférées des Français. Il ne doute donc pas que sa voix compte dans l’opinion publique. Et il a rompu son silence le 30 mai dernier. C’était pour signer une tribune farouchement opposée à une loi.

jean jacques goldman enfants

Une loi sur l’empreinte environnementale du numérique, et plus précisément une tribune contre l’évolution de la rémunération des artistes pour la copie privée. Jean-Jacques Goldman s’est ainsi rallié à une cause défendue par plus de 1 600 artistes. Mais selon Ton Mag, la loi que Jean-Jacques Goldman et tant d’autres artistes craignaient de voir passer a été promulguée le 15 novembre 2021. On vous dit tout !

Jean-Jacques Goldman choisit ses combats.

Jean-Jacques Goldman a quitté la scène en 2004. Et en 2016, il a même quitté la France pour s’installer avec sa famille en Angleterre. En effet, Jean-Jacques Goldman s’était installé dans une banlieue résidentielle de Londres avec sa femme, un second mariage, Nathalie Thu Huong-Lagier et leurs trois filles.


Depuis son retrait de la scène médiatique et le début de sa retraite de la scène musicale, Jean-Jacques Goldman savait se faire discret. Mais il a aussi su revenir pour des causes importantes. Par exemple, il est revenu pour soutenir tous ceux qui étaient au front lors de la première vague de la pandémie. Il a rendu hommage au travail et au sacrifice de toutes ces personnes indispensables et pourtant si peu reconnues par la société, par une chanson.

Puis, le 30 mai, il s’est exprimé dans les colonnes du JDD. Mais il n’est pas seul. Sa voix résonne avec celle de 1660 artistes. Tous ont signé une tribune pour défendre le secteur culturel. Et plus précisément, la rémunération de la copie privée. Ils se sont donc révoltés avant l’examen du texte de loi à l’Assemblée nationale.

jean jacques goldman puisque tu pars

Nous sortons d’une année sans spectacle, sans public, une année de lieux fermés, de culture abîmée. Mais à l’heure où la vie culturelle en France redémarre, nous devons faire face à une nouvelle bataille qui opposerait l’écologie à la culture, écrivent-ils. Et Ton Mag vous l’assure, il était possible de lire la colère de Jean-Jacques Goldman et des artistes dans la presse.

Un échec pour les artistes en révolte ?

Jean-Jacques Goldman et ses anciens camarades ne pouvaient tolérer un tel conflit entre écologie et culture. » L’argent collecté grâce à la copie privée permet d’aider 12 000 manifestations culturelles chaque année. 64% des festivals de musique sont financés en partie par ce mécanisme. Deux cent mille auteurs, écrivains, cinéastes, plasticiens, photographes, scénaristes, auteurs-réalisateurs, créateurs de théâtre et compositeurs de musique sont soutenus dans leur travail », peut-on lire.


« Mais les vendeurs de produits reconditionnés refusent de contribuer à ce système vertueux. Leur argument est le suivant : Nous sommes pour l’écologie, nous sommes favorables à l’économie circulaire, nous ne pouvons pas respecter les règles européennes sur le droit d’auteur tout en participant au financement de la vie culturelle de notre pays.

goldman jean jacques

Il faut choisir : l’écologie ou la culture », a-t-il déploré. Jean-Jacques Goldman et les autres signataires sont déterminés à se battre. « Nous ne laisserons pas détruire un des piliers du financement de notre travail pour que les grandes plateformes numériques puissent accumuler plus de milliards au détriment du plus grand nombre ».

Le 10 juin, à l’Assemblée nationale, rejetons l’amendement qui fragiliserait encore un peu plus le monde culturel, déjà durement touché par la crise sanitaire », conclut la lettre.

Jean-Jacques Goldman

Mais c’est officiel… Et Ton Mag a pu le constater sur le site de l’Assemblée nationale. La loi n° 2021-1485, visant à réduire l’empreinte environnementale du numérique en France, a été promulguée le 15 novembre 2021. Néanmoins, le gouvernement se donne un an pour étudier l’impact réel de cette nouvelle loi sur la rémunération des artistes.

Jean-Jacques Goldman et les autres signataires de cette lettre avaient déjà une idée précise. Mais il semble que leur révolte n’ait pas suffi à faire flancher nos représentants politiques. Et pourtant, ce n’est que très rarement que Jean-Jacques Goldman sort de sa retraite médiatique. Reviendra-t-il alors si les artistes déplorent l’application effective de cette nouvelle loi ?


Sacha Lemaquis

Passionné depuis mon plus jeune âge par l'écriture et la rédaction sur tous les Peoples, je suis également de nature très curieux, je m'intéresse à beaucoup d'autres sujets et surtout j'adore le sport !