Hypercholestérolémie : tout ce qu’il faut savoir sur votre taux de cholestérol !

Un taux trop élevé de cholestérol peut avoir des conséquences très fâcheuses sur la santé. Découvrez les causes, les symptômes et comment réguler son taux de cholestérol.

L’hypercholestérolémie peut également être appelée hyperlipidémie . En effet, ce sont des notions scientifiques qui font référence à un taux de cholestérol élevé.

Comme le savent les lecteurs de Ton Mag, le cholestérol joue un rôle essentiel dans l’organisme.

Mais il ne doit pas être présent en excès, sinon cela causerait des dommages importants à la santé de ce dernier. Il est également entendu qu’il existe du bon et du mauvais cholestérol. Et si une telle distinction est faite, c’est pour renforcer l’idée qu’elle ne doit pas être présente en excès.

ldl cholesterol

Cependant, l’hypercholestérolémie signifie littéralement que trop de cholestérol est présent dans le sang, par rapport à la norme. Voyons donc quelles sont les causes de ce phénomène.

Quels sont les symptômes du cholestérol

Ensuite, quels sont les symptômes que cela implique. Et enfin, comment réguler votre taux de cholestérol.

Le cholestérol est essentiel au fonctionnement de l’organisme. En effet, il est même produit naturellement par notre organisme. Et heureusement car c’est très utile. Plusieurs tâches lui sont assignées.

Il permet, par exemple, au corps de produire des membranes cellulaires, les la vitamine D ainsi que plusieurs types d’hormones. Mais lorsqu’il est présent en excès, les risques de maladies cardiovasculaires augmentent considérablement.

Pour éviter l’hypercholestérolémie, il est donc nécessaire de surveiller votre taux de cholestérol. Probablement en commençant par comprendre la différence entre le bon et le mauvais cholestérol.

Parler de bon et de mauvais cholestérol n’est pas vraiment scientifique. En effet, le cholestérol n’est qu’une seule et même molécule. D’autre part, cette molécule peut être composée de lipoprotéines de haute densité (HDL) et de lipoprotéines de basse densité (LDL).

Et c’est le cholestérol LDL que nous allons vouloir surveiller de près. Ce dernier peut être influencé par notre mode de vie, tandis que le cholestérol HDL circule dans le foie avant d’être éliminé.

Une mesure qui s’effectue dans le sang !

Enfin, si je parle d’hypercholestérolémie, c’est parce que le cholestérol fait référence à l’étude du cholestérol dans le sang. Cela nous permettra notamment de le mesurer.

Les médecins parlent de cholestérolémie pour parler du taux de cholestérol total sérique. Et lorsqu’ils évoquent une hypercholestérolémie, ils évoquent donc une élévation pathologique de cholestérolémie.

Les moyennes normales diffèrent entre les hommes et les femmes. Mais ils sont généralement plus élevés dans les pays riches que dans les pays pauvres. Cela dit, ces chiffres ont tendance à diminuer depuis les années 1980.

  • 4,64 mmol / l chez l’homme en moyenne (5,24 mmol / l dans les pays riches).
  • 4,76 mmol / l chez les femmes (5,23 mmol / l chez les femmes, dans les pays riches).

Au-dessus de ces normales, il peut être temps de rechercher les causes, les symptômes puis d’appliquer un traitement pour réguler le taux de cholestérol du patient. Mais seul un médecin peut intervenir à ce stade.

Une maladie qui ne se diagnostic pas facilement !

Alors n’hésitez pas à lui parler de votre risque d’hypercholestérolémie. Une maladie rarement diagnostiqué et pourtant fréquent, ce qui démontre également une prédisposition génétique.

L’hypercholestérolémie est difficile à diagnostiquer car elle provoque peu de symptômes visibles. En effet, comment détecter que notre corps est de plus en plus sensible aux maladies cardiovasculaires?

C’est pourquoi les organismes de santé publique préconisent un dépistage systématique des personnes à risque.

Nos collègues du magazine Current Woman ont d’ailleurs cité les indicateurs qui permettent aux médecins de considérer qu’une personne est à risque. On retrouve ainsi les personnes suivantes :

  • hommes à partir de 40 ans,
  • femmes après la ménopause,
  • les femmes souhaitant prendre une contraception hormonale œstrogène-progestative,
  • les personnes souffrant ou ayant souffert de maladies cardiovasculaires, d’hypertension artérielle, de diabète ou d’insuffisance rénale,
  • les personnes qui fument ou qui ont arrêté de fumer depuis moins de 3 ans.

Mais comme Ton Mag vous l’a dit plus haut, les causes peuvent aussi être génétiques. Les médecins parlent même d’hypercholestérolémie familiale.

Un type de cas qui est généralement détecté dès la naissance, mais encore trop rarement. Un autre facteur, celui-ci important à contrôler, l’alimentation. Adopter un bon mode de vie est essentiel pour rester en bonne santé.

Une alimentation équilibrée et une activité physique régulière sont des habitudes saines qui limitent le développement de nombreuses maladies.

cholestérol

De plus, c’est sur ces points que se concentrent les traitements de l’hypercholestérolémie. Mais comme toujours, le stress peut aussi être un facteur aggravant. Ainsi que le tabagisme, la consommation d’alcool ou le surpoids.