Emmanuel Macron exprime sa «Honte» en dénonçant les «gilets jaunes».

Le président Emmanuel Macron a exprimé sa «honte» qui ont marqué les manifestations des «gilets jaunes» samedi notamment à Paris.

Le chef de l’état a exprimé sa «honte» face aux violences qui ont marqué les manifestations des «gilets jaunes» samedi notamment à Paris, dénonçant ceux qui ont «agressé» les forces de l’ordre et «violenté d’autres citoyens».

«Merci à nos forces de l’ordre pour leur courage et leur professionnalisme. Honte à ceux qui les ont agressées. Honte à ceux qui ont violenté d’autres citoyens et des journalistes. Honte à ceux qui ont tenté d’intimider des élus. Pas de place pour ces violences dans la République», a twitté le chef de l’Etat.

Gilets jaunes

Avant cette réaction, l’Elysée et Matignon n’avaient fait aucun commentaire sur la nouvelle journée du mouvement des «gilets jaunes» qui réclament notamment la suppression de l’augmentation des taxes sur les carburants et des mesures pour le pouvoir d’achat.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner est lui intervenu devant la presse pour dénoncer des violences dans plusieurs lieux en France qui ont donné lieu à 130 interpellations, dont 42 à Paris.

La Réunion : Emmanuel Macron sera “intraitable”

Le président Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir la fermeté de l’Etat face aux violences qui secouent depuis samedi l’île de la Réunion en marge du mouvement des “gilets jaunes” contre la hausse du prix des carburants.

“Ce qui se passe depuis samedi à La Réunion est grave. Nous avons mis les moyens et allons continuer à les mettre : nos militaires seront mobilisés dès demain pour rétablir l’ordre public. Nous serons intraitables car on ne peut pas accepter les scènes que nous avons vues”, a écrit le chef de l’Etat sur son compte Twitter.

En recul en métropole, le mouvement “des gilets jaunes” a continué à paralyser mercredi l’île de la Réunion où il s’accompagne, malgré l’instauration d’un couvre-feu nocturne, d’une flambée de “violences urbaines” inédites depuis près de trente ans.

La suite ==>