Hervé Vilard profondément marqué, un homme brisé.

Certains êtres vous manquent, et l’on s’effondre. C’est hélas ce qu’a éprouvé Hervé Vilard. Attaché à Annie Cordy, disparue le 4 septembre.

Hervé Vilard avait entrepris de lui rendre un dernier hommage le samedi 12 septembre, lors de ses funérailles sur les hauteurs de Cannes.


Parmi les cinq cents personnes réunies sur la colline Saint-Cassien, sous un soleil qui cherchait à réchauffer les cœurs, Hervé Vilard semblait le plus affligé.

Malgré le masque qui lui couvrait le visage, on pouvait voir à travers ses traits à quel point il était tourmenté. Un peu plus tôt, il avait envoyé une magnifique couronne qu’Annie Cordy adorait, signée de son nom et de celui de Nicoletta.


Et lorsque le cercueil de son amie est arrivé et que la chanson émouvante de l’artiste, Three Notes of Music, a été jouée, elle ne pouvait plus résister à sa douleur. Hervé ne pouvait pas s’empêcher de pleurer.

Lorsque sa nièce Michèle Lebon, qu’il aimait comme sa propre fille, lui a parlé d’Annie, la voix de celle-ci brisée par le chagrin, Hervé Vilard s’est effondré.

hervé vilard âge

“Ma très chère petite mère”, commença-t-il, avant de s’arrêter, débordant d’émotion, puis il parvint à poursuivre : “Seule, maquillée, les cheveux savamment ébouriffés, enroulée dans votre petite robe violette, devant un miroir de vestiaire, partageant une assiette de pâtes avec votre chien, ou à l’arrière de la voiture.


Hervé Vilard : Vous m’avez souvent surpris par votre clarté, mais vous aviez tort quand vous avez dit que vos chansons resteraient, mais pas vous. Vous voyez, nous sommes nombreux et nous ne vous oublierons jamais. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Hervé Vilard (@hervevilard.officiel) le

D’autres amis proches et membres de la famille ont fait de même, évoquant avec amour la chanteuse : Emmanuelle Guilcher, directrice adjointe de France 2, David Alexis, Virginie Hocq, les frères Taloche…

Le parolier Claude Lemesle prend le micro : “Au nom de tous les auteurs-compositeurs-interprètes et compositeurs francophones que vous avez si brillamment servis et qui ont eu l’honneur et le plaisir de travailler pour vous.

hervé vilard capri

Tu étais un grand jongleur d’émotions”, a-t-il dit, rappelant la simplicité, l’humilité et la générosité d’Annie.

Tout le monde savait qu’Annie avait toutes ces qualités. Surtout Hervé Vilard, qui avait donné de nombreux concerts avec elle.

Y compris, en fait, Âge tendre, la tournée des idoles, également en compagnie de Michèle Torr et Dave, tous deux présents à la cérémonie.

hervé vilard méditerranéenne

“Nous nous appelions toutes les semaines, je l’avais il y a dix jours”, dit Dave, très triste. Il connaissait Annie depuis longtemps, ayant commencé sa carrière en s’ouvrant à elle. Il la considérait comme un membre de sa famille.

Hervé Vilard : Roland Magdane était également présent. “J’aurais fait des kilomètres pour être ici. Nous ne l’oublierons jamais”, a-t-il déclaré.

Tout aussi bouleversante, Charlotte Julian a été l’une des rares personnalités à accompagner Annie Cordy jusqu’à sa dernière demeure.

hervé vilard reviens

En fait, après la cérémonie, les proches d’Annie Cordy, dont Hervé Vilard, se sont rendus au cimetière d’Abadie.

C’est là qu’Annie, née Léonia Cooreman, a été enterrée dans le caveau familial, avec ses parents, Jan et Maria, et sa soeur, Jeanne. Chacun d’eux a placé une rose blanche dans son cercueil avant de partir, le cœur lourd de chagrin.

Hervé Vilard : “Je ne veux pas devenir un vieux chanteur rachitique !

Nous voulions entendre le chanteur depuis longtemps, car beaucoup d’entre vous nous l’ont demandé. Mais aussi parce que la belle histoire qui lie Hervé Vilard et France Dimanche dure depuis toujours.

Alors, bien sûr, nous avons pensé parler de ses auteurs préférés tels que Aragon, Prévert, Béart, Duras et Gainsbourg, qu’il revisite parfaitement dans son album, Hervé Vilard et nous, un ensemble de coffrets CD + DVD de sa dernière tournée de chant.

Mais jamais, oh non, jamais, nous n’aurions imaginé qu’il puisse avoir un tel scoop pour nous !

Hervé Vilard

Pourquoi avez-vous déménagé à La Celette ?

H.V. : Pour échapper aux pièges de ce métier, l’alcool, la drogue, dans lesquels j’aurais pu tomber en restant dans le show-business. Vous savez, je suis un homme sans famille, sans personne pour me soutenir. Donc, si je tombe de la falaise, je suis foutu. Pour éviter cela, j’ai décidé de partir.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Hervé Vilard (@hervevilard.officiel) le

Hervé Vilard : Mais c’est un vrai miracle que j’aie pu racheter ce presbytère. Peu après avoir enterré le père Angrand, qui m’avait recueilli et qui avait été si merveilleux avec moi, je suis allé sur sa tombe, à la Celette, pour y mettre du buis, comme il me l’avait demandé. Ce même jour, c’était le bicentenaire de la Révolution, et à cette occasion, deux ouvriers de la route ont planté un arbre non loin de là, en guise de symbole.

Soudain, j’ai entendu l’un d’entre eux dire : “Nous n’aurons plus de prières dans notre village, le presbytère est à vendre”. Et j’étais là ! J’ai fait tout ce que j’ai pu pour l’obtenir, même au point de proposer le double du prix. Vous pouvez demander à Marc-Olivier Fogiel, c’est lui qui m’a accompagné. Et pour mémoire, Gérard Louvin était également dans le dossier à l’époque. Il a voulu l’acheter comme une surprise pour me l’offrir dans le spectacle “Sacrée soirée”.

hervé vilard décédé

Hervé Vilard : Quels sont vos meilleurs souvenirs du presbytère ?

Toutes les pierres que j’ai volées dans le monde entier pour restaurer ses murs, comme un jeu de Lego. Il y en a du Chili, de Rome, de partout, chacun avec sa propre histoire, son propre chemin.

Il n’y a pas un endroit que je n’ai pas choyé. Et tous les deux ou trois ans, j’aimais organiser une fête champêtre dans mon jardin, où je mélangeais les stars, comme Drucker qui atterrit en hélicoptère, et les gens du coin.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Ce soir, sur la première chaîne : Dalida 🎥🎞

Une publication partagée par Hervé Vilard (@hervevilard.officiel) le

Au milieu de tout ce petit monde, je faisais chanter Annie Gould. C’était de la musique folk !

F.D. : Si vous deviez recommencer à zéro, seriez-vous chanteur ?

Non. J’aimais mon travail, je ne le regrette pas, mais si j’avais eu le choix, je serais devenu écrivain. Pour cela, il faut avoir au moins une formation universitaire, ce qui n’est pas mon cas.

hervé vilard nous

Qu’est-ce qui vous intéresse le plus dans ce travail ?

Hervé Vilard. : Chanter en plein air, sur les places publiques, au milieu de gens souriants avec des enfants sur les épaules. Là, ils ne sont ni à droite ni à gauche, ni riches ni pauvres. Tout le monde est mélangé, et c’est la chose la plus merveilleuse. Comme l’a dit Sacha Guitry : “C’est presque aussi beau que l’amour ! »

Cela vous manque de ne pas avoir d’enfants ?

Bien sûr ! Mais ce n’est pas un défaut, c’est un défaut ! C’est comme ça. J’aime tout ce qui est beau, alors…

Avez-vous des regrets ?

herve vilard

Je ne sais pas ce qu’ils sont. Le regret, c’est la mort. Tu ne veux pas que je meure ?