un héros de guerre de 95 ans obligé de vendre sa maison pour payer ses soins, car "il a survécu trop longtemps".

Un héros de guerre de 95 ans obligé de vendre sa maison pour payer ses soins, car “il a survécu trop longtemps”.

Héros de guerre : M. Frost, originaire de Camden Town, était le mitrailleur arrière dans un bombardier de Wellington abattu en septembre 1942.

On a demandé à un héros de la RAF et à son ancien partenaire d’espionnage de vendre leur maison pour payer ses soins médicaux, car “il a survécu trop longtemps”.

Alors qu’il effectuait un raid sur la ville allemande d’Essen. La guerre était à son comble et le Bomber Command avait perdu 36 avions d’un seul escadron en quatre mois.

Agé de 19 ans à peine, M. Frost avait effectué 22 raids à un moment où seulement un aviateur sur six vivait pour compléter 30 vols. Il a sauté dehors et s’est parachuté pour se mettre en sécurité, puis s’est dirigé vers un village voisin.

Voyant le graffiti rouge «V pour la victoire» sur un mur, il frappa à une porte et fut accueilli par le maire de la localité. Il s’est rendu au sol, achetant de faux papiers d’identité sous le nom de Robert Simoness, et s’est fait passer pour un marin belge en visite chez sa mère âgée.

Avec l’aide de la résistance belge et française, il a finalement été sorti clandestinement d’Europe via la «Ligne des comètes», une échappée de 1 200 km organisée par des agents secrets britanniques et le mouvement souterrain français.

À une occasion, il a été pris pour cible par un soldat allemand dans un train et n’a réussi à s’enfuir qu’en prétendant être fou.

Il passa clandestinement à travers les Pyrénées en octobre 1942, arriva en Espagne et se rendit à l’ambassade britannique à Madrid. À partir de là, il a posté une paire de chaussures empruntées à un partisan de retour en Belgique.

On lui a dit de vendre sa maison pour payer ses soins médicaux

Après la guerre, il s’est marié, est devenu directeur dans le Kent et a adopté deux enfants. Mais sa femme, Daphne, est décédée d’une maladie du motoneurone en 1995. Il a rencontré son partenaire, l’ancienne espionne Mme Schutz, il y a 20 ans, dans les milieux des forces spéciales.

Veuve en 1983, la mère de cinq enfants était active dans divers clubs et sociétés de la communauté de l’espionnage. On lui a dit de vendre sa maison pour payer ses soins médicaux. Après que M. Frost, évité d’être capturé par les nazis en 1942, ait été admis à l’hôpital Queen Elizabeth Queen Mother Hospital en mars. Il s’était blessé après une chute.

La nuit suivante, il a été transféré au centre de soins infirmiers Ami Court à Dover et a suivi un programme de “soins de fin de vie” financé par le NHS, qui coûte jusqu’à 5 000 £ par mois.

La suite ==>

SOYEZ INFORMÉ SANS ATTENDRE DES NOUVEAUX ARTICLES !

Merci pour votre inscription !

Cela n'a pas fonctionné.