Une perte d'argent importante pour tous les retraités tous les mois à cause de hausse de la CSG.

Une perte d’argent importante pour tous les retraités tous les mois à cause de hausse de la CSG.

De janvier à octobre 2018, le pouvoir d’achat a été affecté par la hausse des prix des produits pétroliers et la bascule des cotisations sociales vers la CSG.

Lors de l’année 2018, les retraités ont vu leur train de vie baisser de 2% à cause des réformes du gouvernement, la hausse des produits pétroliers et la bascule des cotisations sociales vers la CSG.

Ces 2% représentent 39€ par mois et par personne. Si on peut attribuer la hausse des produits pétroliers à la hausse du prix brute, elle est aussi à mettre sur le dos de l’augmentation de la taxe TICPE.

Au cours des dix premiers mois de 2018, le pouvoir d’achat des ménages a été affecté par la forte hausse des cours du pétrole brut ainsi que par plusieurs mesures sociales et fiscales (encadré). La taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) a augmenté au 1er janvier, entraînant de facto une hausse de la TVA acquittée sur ces produits. Du fait de ces hausses des taxes indirectes et de la remontée des cours du pétrole, les prix toutes taxes comprises de l’essence, du gazole et du fioul domestique ont progressé de respectivement 11 %, 19 % et 27 % entre décembre 2017 et octobre 2018. Sur la même période, les cotisations sociales salariales maladie et chômage ont été supprimées et les cotisations maladie et famille ont diminué pour les travailleurs indépendants, en contrepartie d’une hausse de 1,7 point du taux de la contribution sociale généralisée (CSG). Si la CSG a augmenté au 1er janvier, les cotisations sociales ont été supprimées en deux temps, au 1er janvier et au 1er octobre.

Parmi toutes les personnes qui ont vu leur train de vie encore prendre un coup à cause des mesures fiscales prises par le gouvernement, les retraités sont loin d’être en reste. Surtout à cause de la hausse de la CSG.

hausse CSG

Entre décembre 2017 et octobre 2018, l’essence a vu son prix augmenter de 11%, 19% pour le diesel, et 27% pour le fioul domestique.

Au même moment, il y a également eu la suppression des cotisations sociales salariales maladies et chômage, ce qui a été vendu en contrepartie d’une hausse de 1,7 point de la CSG.

Mais si celle-ci a augmenté, les cotisations sociales ont quant à elles été supprimées.

les retraités

Ces évolutions touchent différemment les personnes en fonction de leur statut d’activité, du type de territoire dans lesquels elles vivent et de leur position dans l’échelle des niveaux de vie.

Le gain dû à la bascule des cotisations sociales vers la CSG est plus qu’effacé par le renchérissement des produits pétroliers

la suite ===>