Michael Harpon : Sa femme affirme que son mari a «entendu des voix et était incohérent» la nuit précédente (vidéos).

La femme de Michael Harpon a été entendue par les enquêteurs et voici ses affirmations concernant son mari la veille de l’affaire.

Michael Harpon ! Quatre fonctionnaires, dont trois policiers, ont été tués jeudi à coups de couteau, pour un motif encore inconnu, à l’intérieur de la préfecture de police de Paris par Michael Harpon, un employé administratif, qui a été ensuite abattu par les forces de l’ordre, une attaque inédite par un membre de cette célèbre institution.

L’assaillant, âgé de 45 ans et né à Fort-de-France, travaillait à la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), en tant qu’informaticien au service technique de la DRPP et souffrait de surdité. Il travaillait à la préfecture de police depuis 2003. Sa femme, placée en garde à vue, a été entendue par les enquêteurs.

Direction du Renseignement

Devant eux, elle a affirmé que son mari a eu « une crise de démence » la nuit précédant la tuerie. Comme le rapportent plusieurs médias français, la femme de Michael Harpon affirme que celui-ci a « entendu des voix », qu’il était « incohérent » et qu’il s’était réveillé brutalement.

Michael Harpon couteau

Attaque à la préfecture de police : « aucune hypothèse » n’est exclue

Le préfet de police de Paris a assuré vendredi n’exclure « aucune hypothèse » au lendemain de l’attaque meurtrière perpétrée par un agent de la préfecture de police (PP) qui a tué quatre de ses collègues. « Notre lucidité de policier nous amène à n’exclure strictement aucune hypothèse à ce stade », a déclaré Didier Lallement, alors que l’enquête ouverte par le parquet de Paris n’a pour l’heure pas retenu de qualification terroriste. « Cette tragédie est d’autant plus terrible qu’elle est parvenue à l’intérieur de la préfecture et qu’elle a été portée par l’un d’entre nous », a souligné Didier Lallement.

préfecture de police

Selon lui, les conditions de sécurité à l’intérieur du centre névralgique de la police parisienne « sont absolues » et « ne sont pas en cause ». « Ceux qui sont extérieurs à l’administration passent par un portique de sécurité », a-t-il précisé, ajoutant que ses services étaient d’abord focalisés sur une attaque venant « de l’extérieur ». « Nous avons été touchés au cœur, mais nous sommes toujours debout », a assuré le préfet, alors que les agents de la PP seront à nouveau mobilisés samedi pour une nouvelle manifestation des Gilets jaunes. Une cellule médico-psychologique a été mise en place pour les employés de la préfecture et 179 personnes s’y sont déjà rendues, a précisé le préfet.

policier

Crise de démence pour Michael Harpon !!!!

Cette prise de parole intervient alors que l’on en a appris davantage, vendredi, sur le profil de l’homme qui a tué quatre personnes au couteau, la veille, à la préfecture de police de Paris. D’après les dires de son épouse lors de sa garde à vue, Michael H. a eu « une crise de démence » dans la nuit de mercredi à jeudi et il a « entendu des voix ». Il aurait été « incohérent » lorsqu’il s’est brutalement réveillé, a ajouté sa femme aux enquêteurs, selon une information de BFM TV. L’assaillant, atteint de surdité, était un Français âgé d’environ 45 ans. Il était martiniquais, né à Fort-de-France en 1974. Employé administratif de la direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), selon des sources concordantes, il y travaillait depuis 2003. La chaîne d’information précise qu’il était sourd à 70 % et avait besoin d’un traducteur en langue des signes pour suivre des formations.

Michael Harpon

Une source proche du dossier a indiqué à l’Agence France-Presse que Michael H. s’était converti à l’islam il y a dix-huit mois. Une source proche de dossier affirme que la conversion à l’islam de l’assaillant est en cours de vérification. « C’est quelqu’un de très calme. Je le voyais aller à la mosquée, mais il avait une pratique normale », a rapporté à l’Agence France-Presse une voisine. Selon Le Parisien, plusieurs voisins ont rapporté n’avoir jamais remarqué chez lui le moindre signe de religiosité. Un voisin évoque un « couple très sympa. Lui allait le soir à la mosquée, mais disait bonjour aux hommes et aux femmes sans distinction ». La cousine de Michael H., de son côté, se souvient d’un « mariage pas du tout religieux, simplement une fête dans une bonne ambiance avec un vrai mélange entre Martiniquais et Maghrébins ».

préfecture de police de Paris

Quelles motivations de Michael Harpon ?

D’après les informations du Parisien, lui et son épouse, également malentendante, habitaient depuis plusieurs années à Gonesse, dans le Val-d’Oise. Des habitants ont précisé qu’il avait deux enfants, âgés de 9 et 13 ans. La brigade criminelle et la BRI ont perquisitionné le logement du couple jeudi après-midi et ont interpellé l’épouse. L’agresseur était, selon ce qu’a indiqué à BFM TV Loïc Travers, du syndicat de police Alliance, un « employé modèle, sans histoire ». BFM TV ajoute qu’il était apprécié de ses collègues. Christophe Castaner a précisé jeudi, lors d’un point presse, que le quadragénaire n’avait « jamais présenté de difficultés comportementales » ni « le moindre signe d’alerte ». « Il était très fermé, comme un geek peut l’être. Il fallait se placer devant lui et articuler pour qu’il comprenne. En revanche, il s’exprimait comme vous et moi », a raconté au Parisien un collègue de Michael Harpon.