Patrick Bruel très proche de son ex Amanda Sthers, les détails dévoilés.

Habitude : Au casting d’un film réalisé par son ex-femme, le chanteur et acteur s’est montré très présent pour la romancière sur le tournage.

En 2001, Patrick Bruel vivait une belle histoire d’avoir avec Amanda Sthers.

Parents d’un petit garçon nommé Oscar, le chanteur et sa compagne décidaient de se dire « oui » pour la vie en 2004, l’année suivant la naissance de leur garçon.

Une mélodie du bonheur qui se jouait à quatre quelques mois plus tard, avec l’arrivée d’un deuxième enfant, Léon.

Difficile d’imaginer une fin pour ce joli conte, malheureusement un point final a été mis en 2007 avec le divorce de l’artiste et de l’auteure.

révélation

S’ils ne vivent plus sous le même toit, les ex-époux ne sont jamais bien loin l’un de l’autre.

Après les attentats de Paris en 2015, la romancière décidait de s’installer avec ses deux fils à Los Angeles.

Patrick Bruel a d’abord multiplié les allers-retours pour passer le plus de temps possible en famille avant de poser lui aussi ses valises aux États-Unis.

Quasiment voisins, c’est pourtant dans un endroit très particulier que les parents d’Oscar et Léon se sont affichés pour la première fois ensemble ce dimanche 6 janvier.

Ils étaient tous les deux invités dans l’émission Vivement dimanche sur France 2.

« Moi qui vous connais tous les deux par coeur, c’est la première fois que je vous vois ensemble sur un plateau de télé », a lancé Michel Drucker.

Patrick Bruel un peu trop investi dans les projets d’Amanda Sthers

Amanda Sthers est venue accompagnée de Patrick Bruel pour parler de son long-métrage Holy Lands adapté de son livre Terres saintes sorti en 2010.

Le chanteur y interprète un cancérologue, un second rôle qui avait pourtant toute son importance sur le tournage.

La maman de 40 ans a en effet confié que ce dernier ne pouvait pas s’empêcher d’être envahissant.

« Il me voit toujours avec des yeux… Il m’a connu, j’étais une très jeune fille, j’avais 23 ans, a expliqué la réalisatrice.

Et du coup, je pense que même si aujourd’hui il vient avec bonheur parler de mon film… Il me demande : “Mais t’es sûr que tu as bien mis le bon objectif ?

C’est la bonne focale ?” Et j’ai l’impression de faire mon premier long-métrage ».

À l’inverse, l’artiste a besoin de l’avis de ses deux garçons et leur maman pour ses albums.

Plus fort que l’esprit d’équipe, c’est celui d’une famille toujours unie.

mots

Patrick Bruel : pourquoi il a décidé d’officialiser son nom de scène à l’état civil.

Patrick Bruel est à la scène comme à la ville. Le chanteur a choisi de ne plus quitter son nom d’artiste pour une très bonne raison.

Comme beaucoup de célébrités, Patrick Bruel a choisi de porter un pseudonyme avant d’entamer son incroyable carrière d’acteur et de chanteur.

Né Patrick Benguigui, il a cependant décidé de porter son nom de scène à la ville.

Ce mardi 11 décembre dès 21h sur Cstar, l’ex-compagnon d’Amanda Sthers et Céline Bosquet fait l’objet d’un portrait dans La story de Patrick Bruel, le film de sa vie.

Dans ce documentaire, l’interprète de Casser la voix va notamment expliquer pourquoi il a souhaité changer définitivement de nom.

Dans un extrait, dévoilé par Closer, il est ainsi revenu sur l’origine de son nom d’emprunt, dégoté par son grand-père après des recherches généalogiques.

Patrick Bruel

Patrick Bruel : les raisons de son changement de prénom

Si pendant des années, Patrick Bruel a eu du mal à s’adapter à son nouveau nom de famille, il a fini par l’adopter.

Il a même officialisé son patronyme après avoir fait des démarches administratives en 2003.

« Je crois que c’est complètement devenu mon nom, le jour où je l’ai officialisé avant que mes enfants ne naissent », a-t-il confié.

Un choix fait par amour pour que ses deux fils, Oscar et Léon, « puissent s’appeler Bruel-Benguigui et choisir quand ils le voudront ».

Une manière pour lui de perpétuer son nom de scène de génération en génération.

Mais Patrick Bruel a le sens des valeurs et n’a pas renié le nom de son père pour autant. « J’ai gardé Benguigui quand même ! », a-t-il assuré.

Un hommage à celui qu’il a admiré sans pour autant avoir grandi près de lui. « J’ai revu mon père plus régulièrement assez tard.

C’était une bonne chose pour nous et pour les enfants », avait-il révélé à Version Femina, en 2015.

Des retrouvailles qui l’ont convaincu de ne pas rayer le nom Benguigui de la carte.