Gérard Hernandez : l’acteur vit sous une fausse identité.

Gérard Hernandez : Certains le voient tellement dans Scènes de Ménages, auprès de Marion Game, qu’ils le confondent avec son personnage.

D’autres connaissent très bien le nom de l’acteur. Et pourtant, Gérard Hernandez cache un petit secret. Sa carte d’identité révèle des informations assez surprenantes à son sujet : il utilise un pseudonyme depuis des années. Plus ou moins. C’est ce qu’il a expliqué sur le plateau de l’émission Ça commence aujourd’hui, sur France 2, lorsqu’il a parlé de la célébrité avec Faustine Bollaert.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Purebreak (@purebreak)


C’est pourquoi je n’en veux pas !

Les gens qui ne me connaissent pas m’appellent Raymond, explique-t-il. Les gens qui me connaissent depuis un peu plus longtemps, Gérard, explique-t-il, les gens qui me connaissent depuis un peu plus longtemps m’appellent Raymond. Et ceux qui me connaissent intimement m’appellent Julio.

Parce que c’est mon prénom. À la stupéfaction de son hôte, qui a essayé de l’appeler correctement, l’acteur de 87 ans a expliqué le changement d’identinstité. C’est pourquoi je n’en veux pas. Parce que ce n’est pas Julio, c’est Rrrroulio, a-t-il rectifié. C’est pourquoi Gérard. Mon vrai nom est Julio Gerardo. Jules Gerardo, ça avait l’air prétentieux.

Grand-père grincheux du petit écran, Gérard Hernandez fait de nombreux émules en incarnant Raymond dans la série Scènes de Ménages, sur M6. Un coup de poing qui ne lui est jamais monté à la tête. Je ne m’en rends pas du tout compte, dit-il. Je vis là où je vis depuis longtemps. Les gens me connaissent. Et s’il avait besoin d’un petit rappel, l’acteur pouvait compter sur sa femme Micheline, avec qui il a une relation depuis 1952… 68 ans d’amour !


Elle a un revers si important que j’ai peur qu’elle tombe, dit-il en s’amusant. Le secret ? Je ne sais pas. Je ne sais pas. Je ne sais pas. Ce n’est pas de l’amour, c’est de la passion. Un amour de 68 ans ne tient pas la route. Je veux dire, je la déteste, je l’aime, elle m’énerve, je l’emmerde.

Une bonne source d’inspiration, sans doute, pour vénérer et torturer votre Huguette devant les caméras M6.

Gérard Hernández (Scènes domestiques) et la vieillesse : ses tristes confidences


Gérard Hernandez a eu l’occasion de faire le bilan de ses années de succès jusqu’à présent dans l’émission L’Instant de Luxe à Non Stop People ce mardi 3 mars 2020. Et c’est avec une grande sensibilité qu’il a parlé du passage du temps et de sa difficulté à l’accepter.

Il y a quelques années, je pouvais mettre mon numéro à l’envers Par exemple, 82, c’était 28.

Maintenant, même si je le mets à l’envers, il a l’air vieux. Dans l’autre sens, c’est 78, donc 87, souligne-t-il avec humour. Bien qu’il dise ne pas avoir peur de la mort, il s’inquiète de la pourriture. Heureusement que j’ai quelque chose qui fonctionne encore, c’est ma tête.

Gérard Hernandez

Mais il me faut une heure de marche… Le Grand de Gaulle avait raison, c’est un naufrage, se lamente-t-il en parlant de la vieillesse.