Franck Ribéry vivement critiqué, le footballeur réplique direct.

Juste une mise au point. Franck Ribéry avait décidé de passer à la nouvelle année avec une belle entrecôte du célèbre restaurateur turc, Salt Bae.

Depuis sa venue dans un restaurant branché, où il avait dégusté une entrecôte à plus de 1000 euros, Franck Ribéry est la cible de critiques. Il a décidé d’y répondre à sa manière.

Pour immortaliser ce moment, le joueur du Bayern Munich choisissait de faire une vidéo montrant son festin. Immédiatement, les internautes s’étaient insurgés du prix de son repas : selon le journal Bild, l’entrecôte en question vaut 1200 euros !

Cible de critiques depuis, Franck Ribéry a décidé de répondre de manière virulente ce samedi 5 janvier sur son compte Twitter. « Commençons par les envieux, les rageux, nés surement d’une capote trouée : n**** vos mères, vos grands-mères et même votre arbre généalogique. Je ne vous dois rien, ma réussite c’est avant tout grâce à Dieu, à moi et à mes proches qui ont cru en moi, pour les autres, vous n’étiez que des cailloux dans mes chaussettes ». Après avoir exprimé son énervement, le champion s’en prend aussi aux médias. Selon lui, « les pseudo-journalistes » préfèrent toujours parler de lui de manière négative. C’est un acharnement à ses yeux. Il s’explique : « Ils ont toujours été dans la critique négative envers moi, mes actes (dernier exemple en date : le prix de ce que je mange !)… Quand je fais des dons, car on m’a appris à donner quand je reçois beaucoup… Pourquoi aucun grand média national ne diffuse-t-il cela ? »

Agacé, Franck Ribéry termine sur des mots durs, livrant sa vérité sur le traitement de sa personne dans la presse. « Vous préférez parler des vacances que je passe en famille, vous scrutez mes faits et gestes, ce que je mange etc ! Oh oui, pour ce genre de futilités vous êtes présents ».

Franck Ribéry

En quelques heures, son message a été partagé des milliers de fois sur les réseaux sociaux. Parfois moqué, souvent soutenu. Un exemple probant : Ummah Charity, une ONG internationale d’aide humanitaire, a voulu défendre et prouver l’engagement du joueur, confiant qu’il « dépense sans compter pour financer leurs actions ».