Cette femme négligée par le personnel soignant d’Albi, finit hospitalisée !

C'est un récit qui, du fait du manque de soignants, risque malheureusement de se généraliser. On parle de celui d'une jeune femme, qui s'est retrouvée hospitalisée après avoir été virée des urgences d'Albi.

Cette jeune femme se souvient sûrement de son séjour rapide aux urgences. Elle souffre le martyre.

Mais les infirmières présentes sur place lui disent d’arrêter d’anxiété et ont demandé à la jeune femme de rentrer chez elle. Pourtant, elle souffre vraiment !

Le samedi 2 juillet, Virginie est tombée à cheval. Ce passionné d’équitation souffre et est donc immédiatement transporté aux urgences grâce aux pompiers.

jeune femme

A Albi, l’équipe médicale fait à la jeune femme subir un examen de routine en cas de chute : une radiographie des flancs et du bras gauche. Mais rien n’est trouvé. Le comportement des soignants change alors.

La jeune femme ne pouvait plus respirer

L’infirmière et sa collègue m’ont assise comme une marionnette sur la civière, j’ai crié de douleur, je ne pouvais plus respirer.

Ils m’ont dit d’arrêter, que j’étais inquiète , raconte Virginie à La Dépêche. Depuis la jeune femme n’a rien, sa mère s’appelle. Elle doit la ramener à la maison.

En découvrant sa fille et l’état dans lequel elle se trouve, elle demande à voir un médecin. Vain. Alors elle finit par ramener sa fille à la maison.

Mais la jeune femme n’est toujours pas en état de quitter l’hôpital. Les douleurs s’aggravent le soir et Virginie vomit.

Alors la mère de la jeune femme appelle le Samu plusieurs fois. Mais rien n’y fait, personne ne bouge. La quatrième fois, l’opératrice du 15 m’a dit qu’elle allait appeler la police si je rappelais, nous raconte-t-elle.

Le lendemain matin, dès l’ouverture des services, la mère de la jeune femme a composé le 3966. Elle trouve un médecin de garde qui se rend chez elle. Il examine Virginie et se rend compte que quelque chose ne va pas.

Il contacte lui-même une ambulance pour la ramener aux urgences d’Algi. Le bon examen lui est prescrit : un scanner. Le verdict est tombé. Ce n’était en aucun cas une comédie ou des angoisses.

Une opération d’urgence

Virginie souffre d’un hémopneumothorax. Nous devons évacuer rapidement l’air et le sang qui sont entrés dans son poumon droit. Une opération courante mais qui doit être effectuée à temps.

Ce n’est pas fini pour la jeune femme. Elle souffre également d’une fracture de plusieurs vertèbres dorsales.

L’une en particulier attire l’attention, car un risque de lésion de la moelle épinière est rapidement repéré. De plus, plusieurs de ses côtes et son omoplate gauche sont brisées.

L’Hôpital d’Albi ne dispose pas de service de neurochirurgie. Dans la soirée, la jeune femme a été évacuée vers le CHU de Purpan. Elle se rend sur la table d’opération le lendemain matin afin d’éviter le risque de paralysie.

Cela fait maintenant une semaine que la jeune femme a eu son accident de travail. Elle est toujours à l’hôpital et se remet progressivement de son opération en essayant de se lever.

La mère de la jeune femme est toujours frappé par le comportement des soignants à Albi. Elle ne comprend pas pourquoi elle et sa fille ont été traitées de la sorte alors que la souffrance et le danger étaient réels.

Même si sa fille va mieux, elle veut des réponses. Elle considère que ce genre de chose ne devrait plus arriver.

Manque de personnel de santé

Malheureusement, de nombreux services d’urgence doivent fermer ou avancer lentement en raison du manque de soignants.

Aujourd’hui, le gouvernement lance une campagne pour appeler les Français à ne pas se rendre aux urgences pour des blessures légères. Mais sur Twitter, les internautes ont exprimé leur mécontentement.

Nombreux sont ceux qui disent qu’ils sont allés aux urgences pour ce qui, d’un point de vue extérieur, n’est peut-être rien (maux de ventre, maux de tête …) alors que cette décision d’y aller leur a sauvé la vie.

La vraie question est plutôt de savoir comment sauver l’hôpital public en France, affaiblie par les politiques successives et la crise du covid-19, qui a mis en évidence tous les dysfonctionnements (problèmes d’équipements, manque de soignants …).

Femme

Heureusement, tout se termine bien pour Virginie, la jeune femme qui a pu être soignée. Mais combien d’autres Français n’ont pas eu cette chance ?