Nantes : Un étudiant décède 10 jours après avoir fait le vaccin Astrazeneca !

Astrazeneca

La ville de Nantes a été choquée d’apprendre le décès d’un de ses jeunes habitants, âgé de 24 ans. Le plus curieux dans cette affaire est qu’il venait d’être vacciné Astrazeneca.

Une autre histoire liée au coronavirus. Un jeune homme de 24 ans, étudiant au CHU de Nantes, est retrouvé mort à son domicile.

Nantes

Le mystère de la cause du décès nous amène à penser que sa mort est liée au vaccin d’AstraZeneca.

UNE MORT MYSTÉRIEUSE

Selon le site Ouest-France, Anthony Rio, un jeune étudiant habitant le boulevard Vincent-Gâche dans la ville de Nantes et âgé de 24 ans, a été retrouvé à son domicile le jeudi 18 mars 2021.

Après avoir fouillé l’appartement de la victime, les policiers ont trouvé des papiers attestant que le lundi 8 mars 2021, Anthony Rio avait été vacciné chez AstraZeneca, d’où l’ouverture par le tribunal de Nantes, d’une enquête, suivie d’une autopsie.

Informée de cette affaire, l’Agence nationale de sécurité du médicament a indiqué à la presse qu’aucun lien n’avait été fait entre le décès de ce jeune étudiant et la vaccination AstraZeneca. Un avis qui n’est pas partagé par son frère.

UN DOIGT ACCUSATEUR

Le grand frère d’Anthony Rio, le jeune étudiant en 6e année de médecine et interne au CHU de Nantes décédé dix jours après avoir reçu son vaccin, n’est pas prêt à l’entendre.

Son petit frère était très méticuleux. Que ce soit en matière de nutrition ou de santé. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles il était très sportif. De plus, il n’avait aucun antécédent de maladie. Son grand frère a dit que le seul lien avec sa mort était le vaccin.

AstraZeneca : L’agence sanitaire américaine met en doute l’efficacité du vaccin

Dans une déclaration publiée le 23 mars, l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) a exprimé des doutes quant à l’efficacité du vaccin d’AstraZeneca. Il semblerait que des données périmées aient été utilisées lors de l’essai clinique.

Le parcours du vaccin d’AstraZeneca est semé d’embûches ! À la suite d’un communiqué de presse sur les résultats intermédiaires des essais cliniques de phase III, dont vous trouverez les détails dans l’article ci-dessous, l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), dirigé par Anthony Fauci, a émis des doutes sur les données rapportées par AstraZeneca.

Dans une déclaration, le DSMB se dit préoccupé par l’utilisation « d’informations périmées, qui peuvent avoir fourni une vision incomplète des données d’efficacité ». Le NIAID demande instamment à l’entreprise de collaborer avec le comité pour revoir les données afin de s’assurer qu’elles sont les plus récentes et les plus précises et de les rendre publiques dès que possible.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par N-Circular (@ncircular)


La Food and Drug Agency (FDA) et le Center for Disease Control (CDC) fonderont leur décision d’approuver et d’utiliser le vaccin d’AstraZeneca sur les données révisées.

Les résultats provisoires des essais cliniques de phase III du vaccin d’AstraZeneca indiquent qu’il n’y a pas de risque accru d’événements thromboemboliques chez les personnes vaccinées.

Après sa suspension temporaire la semaine dernière, le vaccin d’AstraZeneca est à nouveau autorisé en France. L’Agence européenne des médicaments (EMA) a rendu son verdict jeudi dernier et estime que les bénéfices de la formule développée en collaboration avec l’Université d’Oxford l’emportent toujours sur les risques associés.

Néanmoins, elle est désormais réservée aux personnes de plus de 55 ans en France, car ce sont les plus jeunes qui souffrent le plus des symptômes de la grippe, l’un des effets secondaires du vaccin. AstraZeneca a publié un communiqué de presse sur les résultats intermédiaires non publiés des essais cliniques de phase III de son vaccin.

Astrazeneca

Pas de risque accru de thrombose

L’essai a porté sur 30 000 personnes, 20 000 dans le groupe vacciné et 10 000 dans le groupe placebo. Le groupe vacciné a reçu deux doses de vaccin AZD1222 à quatre semaines d’intervalle, et le groupe placebo a reçu une solution saline selon le même calendrier.

Environ 100 cas de Covid-19 sont survenus au cours des essais. Le vaccin est efficace à 79% pour prévenir la Covid-19 symptomatique dans la population générale, et à 80% chez les personnes âgées de 65 ans et plus. Il est également efficace à 100% pour prévenir la maladie grave et l’hospitalisation.

Un comité scientifique indépendant a surveillé de près la survenue d’événements thromboemboliques, dont la thrombose veineuse cérébrale. Il s’agit d’une maladie dans laquelle des caillots sanguins, ou thrombus, bloquent la circulation du sang dans les sinus veineux du cerveau.

Le comité, soutenu par un neuroscientifique, n’a pas observé de risque accru d’événements thromboemboliques dans le groupe vacciné. Aucune thrombose veineuse cérébrale n’a été observée dans cet essai clinique. Ces résultats sont en accord avec ceux de l’Agence européenne des médicaments.


Antoine Delfosse

Totalement Geek dans l’âme, j’ai finalement découvert avec le temps qu’il était assez simple de partager sa passion grâce au web, alors je me suis dit pourquoi ne pas faire des articles pour un magazine, c'est là que j'ai contacté TonMag.fr, ce site me correspondait parfaitement.