Emmanuel Macron épuisé, on sait qui paye son séjour 5 étoiles à Honfleur.

Emmanuel Macron vraiment épuisé. Depuis ce 31 octobre et jusqu’au 3 novembre, Emmanuel et Brigitte Macron profitent d’une parenthèse à Honfleur.

Une pause qui coûte une très rondelette somme d’un Emmanuel Macron épuisé, au bout du rouleau. Découvrez qui se charge de payer la note.

Emmanuel Macron est comme ses concitoyens. À l’instar de tous les Français (et du monde entier), le Président de la république a parfois besoin de souffler et de marquer une pause. Et cela, le chef de l’Etat en a pris conscience par lui-même, mais aussi grâce à ses proches qui se sont vite alarmés en observant son épuisement. À la fin du mois dernier, certains bruits de couloir faisaient entendre que l’époux de Brigitte Macron avait pris un « sacré coup de vieux » à cause d’un « rythme infernal ».

Honfleur

Allant même jusqu’à préciser qu’il maigrissait « à vue d’œil », l’entourage du natif d’Amiens avait souligné sa grosse inquiétude fasse à cette baisse de régime. « Son visage a changé, il est marqué par le poids du pouvoir », pouvait-on notamment lire dans Le Figaro. C’est donc contraint et forcé par la première dame qu’Emmanuel Macron s’est offert une parenthèse dans son emploi du temps. Et cela à l’occasion du pont de la Toussaint.

Emmanuel Macron à Honfleur : qui paye son pont de la Toussaint ?

C’est ce 31 octobre qu’Emmanuel Macron a quitté le 55 rue du Faubourg-Saint-Honoré. Après de longues heures passées à s’entretenir avec ses ministres, le Président s’est rendu en Normandie au bras de Brigitte Macron à la fin de la journée. Là, le couple profite d’un peu de répit à Honfleur, durant une petite poignée de jours. Samedi 3 novembre, le chef de l’Etat pliera bagages avant d’entamer un long déplacement dans l’Est et le Nord de la France, pour les commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale.

épuisé

Mais en attendant, c’est au sein de la Ferme Saint-Siméon qu’il a posé ses valises. Un établissement Relais & Château, classé cinq étoiles, dans lequel « il a ses habitudes », explique Le Parisien. Et s’il faut compter quelques centaines d’euros pour une nuit dans cet hôtel (de 610 à 910 euros pour une chambre familiale/Suite), ce n’est autre qu’Emmanuel Macron qui mettra lui-même la main au porte–monnaie. « L’Elysée niant tout coup de fatigue, a pris soin de préciser que ce séjour était à titre privé et aux frais d’Emmanuel Macron. » De quoi clouer le bec aux éventuels détracteurs.

Sa femme Brigitte l’a poussé à prendre des jours de repos

L’époque où Emmanuel Macron ne dormait que trois heures par nuit est révolue. Seize mois après son arrivée au pouvoir, le président de la République traverse une période particulièrement éprouvante. Jugé autoritaire et arrogant, il voit sa cote de popularité chuter à vitesse grand V et subit les remontrances de son épouse Brigitte, qui n’hésite désormais plus à hausser le ton lorsqu’elle est en désaccord avec lui.

5 étoiles

Mais le désamour des Français et les disputes conjugales qui éclatent entre les quatre murs de l’Elysée ont eu de lourdes conséquences sur l’état de santé du chef de l’Etat. « Son visage a changé, il est marqué par le poids du pouvoir », a révélé un de ses collaborateurs au Figaro.

Après avoir passé la journée du 31 octobre à s’entretenir avec ses ministres, Emmanuel Macron s’en ira donc dès ce jeudi en Normandie. Accompagné de sa femme, il posera ses valises dans la Ferme Saint-Siméon, à Honfleur, pendant quatre jours. L’occasion pour lui de reprendre des forces et de préparer les commémorations du centenaire de la fin de la première guerre mondiale, loin du tumulte parisien. Une décision de se retirer que le président n’aurait pas prise seul, si l’on en croit Cécile Cornudet, éditorialiste politique aux Echos.

congé

Invitée sur le plateau de C dans l’air ce mercredi, cette dernière a révélé que Brigitte Macron était « pour beaucoup dans le fait qu’il ait dégagé ces quatre jours pour se reposer ». « Manifestement, elle fait attention à sa santé, même dans la campagne elle avait ce rôle-là, et là elle a dit « stop, il faut se reposer ». » La Première dame veille au grain.