"Gilets Jaunes": Emmanuel Macron "traumatisé" par sa visite au Puy-en-Velay.

“Gilets Jaunes”: Emmanuel Macron “traumatisé” par sa visite au Puy-en-Velay.

Visite ! Certains de ses ministres assurent que l’épisode a eu l’effet d’un électrochoc sur le chef de l’État. Ce dernier s’était fait huer.

Quand reverra-t-on le président de la République “sur le terrain”, au contact des Français ? La dernière fois, c’était en catimini, ou presque. Quasiment aucun média n’avait été prévenu de sa sortie au Puy-en-Velay le 4 décembre dernier. Emmanuel Macron avait décidé d’aller voir de ses yeux la préfecture incendiée 3 jours plus tôt. La visite se voulait compassionnelle… On n’en retiendra pourtant qu’une image, désastreuse : celle de sa voiture coursée et la violence des huées sur son passage.

critiques

Certains de ses ministres assurent que l’épisode a eu l’effet d’un électrochoc sur le chef de l’État. Il y aurait eu un avant et un après. “Les yeux injectés de sang, le peuple qui veut votre peau, il faut l’avoir vécu”, raconte par exemple Bruno Le Maire, qui assure pour sa part n’être “devenu un bon ministre de l’Agriculture que le jour où il s’est senti menacé physiquement”.

“Faux”, corrige néanmoins le cabinet d’Emmanuel Macron qui dédramatise autant que possible et répète à qui veut l’entendre que le Président fait “une lecture très institutionnelle du fait qu’il y a une focalisation sur lui”. Traduction : le chef de l’État a conscience du rejet qu’il suscite personnellement. Mais qu’on se le dise : c’est sa fonction qui veut ça.

Aucune sortie prévue avant la semaine prochaine

Et d’enfoncer le clou avec un exemple : “Personne n’a reproché à Jean-Marc Ayrault le mariage pour tous. C’est Hollande qui a pris !”. C’est tout juste si l’entourage du chef de l’État concède que certains de ces mots ont pu blesser, précisant que c’est “parce qu’ils sont ressentis plus durement” du fait qu’il est devenu “une figure symbolique”.

La suite ==>