Le père d’Emmanuel Macron sort du silence pour la 1e fois.

Emmanuel Macron parle souvent de sa grand-mère maternelle qu’il appelait Manette, mais rarement de son père.

Et Emmanuel le rend. Depuis son arrivée au pouvoir en 2017, Jean-Michel Macron n’a pas parlé. C’est ce qui ressort d’un article publié dans Le Monde du jeudi 31 décembre sur les pères des trois derniers présidents de la République. Selon le journal, le père d’Emmanuel avait eu froid, en regardant sa montre, le 14 mai 2017, lors de la passation des pouvoirs. En revanche, le soir de la victoire quelques jours plus tôt, le 7 mai, l’a ému.


Après la prise de pouvoir de son fils, Jean-Michel Macron n’avait plus parlé. Dans les colonnes du Monde, le père d’Emmanuel Macron brise enfin le silence. Il a évoqué sa fierté d’être le père d’un grand acteur, un séducteur. Au début, je ne voyais pas très bien la relation entre Emmanuel et Brigitte Macron.

Surtout leur traversée de l’esplanade du Louvre, jusqu’à ce qu’il apparaisse devant la pyramide devant une foule en liesse. Oui, j’étais heureux ce soir-là parce qu’Emmanuel a réussi à faire ce qu’il voulait faire. Il a fait l’histoire de la France, ce n’est pas rien, raconte Jean-Michel Macron au Monde. Le neurologue ne cache pas sa fierté de voir son fils réussir à gagner le pouvoir à la manière d’un Bonaparte.


Cependant, il n’est pas facile à convaincre. Brigitte Macron le décrit comme un nerd et un amoureux des lettres anciennes. À la demande de la mère d’Emmanuel, il serait intervenu auprès d’elle pour tenter de mettre fin à leur relation, qui a toujours provoqué de nombreuses conversations en raison de leur différence d’âge. Mais c’est la raison de l’amour et de la conviction qui prévaudra.

Emmanuel est capable de tirer de chacun ce qu’il peut utiliser, analyse le père du chef de l’Etat dans Le Monde. Il décrit le plus connu de ses trois fils comme un grand acteur, un séducteur. Il est utile en politique, admet-il. Quelques compliments à prendre quand on sait que Jean-Michel Macron n’est pas un grand fan de l’époque actuelle, dont il dénonce le narcissisme.

 

Voir cette publication sur Instagram

 


Une publication partagée par Emmanuel Macron (@emmanuelmacron)

Emmanuel est un ours

Selon TON MAG, la liste des choses qui le dérangent est longue : la médiocrité de la politique locale, le conservatisme des hommes politiques et la presse à sensation. Tout en s’excusant d’être si désagréable, il dit que c’est le problème d’Emmanuel, et non le sien, s’il choisit de s’exposer avec sa femme dans les magazines.

C’est un ours, résumait le président en parlant de son père à ses amis en de rares occasions. La plupart ne se souviennent pas d’une relation idyllique entre les deux hommes. Les liens semblaient un peu tendus, confirme son parrain et ancien partenaire de Science Po, Marc Ferracci. Pour sa part, Brigitte Macron confirme que ce n’était pas facile au début avec son beau-père.

Invasion du Capitole. Pour Emmanuel, ce qui s’est passé à Washington n’est pas américain.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Emmanuel Macron (@emmanuelmacron)

Ce qui s’est passé à Washington aujourd’hui n’est certainement pas américain, a-t-il conclu, cette fois en anglais, dans un discours solennel prononcé derrière un bureau au Palais de l’Elysée, diffusé sur les réseaux sociaux vers 3 heures du matin.

Depuis plusieurs siècles, nous avons choisi de placer la dignité humaine, la paix, le respect des autres, la reconnaissance de la liberté au-dessus de tout, qui est maintenant menacée dans nos démocraties, a-t-il ajouté.

emmanuel

Je fais référence à notre confiance dans la force de la démocratie américaine. Je veux parler de notre amitié avec le peuple américain et la démocratie américaine. Je veux parler de notre lutte commune pour que nos démocraties sortent plus fortes du moment où nous vivons tous aujourd’hui, a déclaré Emmanuel.

Comme le président français, plusieurs dirigeants mondiaux ont condamné l’assaut des manifestants pro-Trump au Capitole, dénoncé une attaque contre la démocratie et appelé au respect du résultat de l’élection présidentielle américaine.