Emmanuel Macron : Un message privé désobligeant du président a fuité !

L’Elysée est en ébullition depuis quelques jours. Entre accusations et fuites de messages privés, Emmanuel Macron et Scott Morrison ont déterré la hache de guerre et rien ne semble pouvoir les calmer pour le moment.

Emmanuel Macron

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre australien Scott Morrison sont au centre d’un scandale après la publication d’un message privé du président français.

Le flambeau brûle entre la France d’Emmanuel Macron et l’Australie. Le Premier ministre australien, Scott Morrison, a annulé un accord entre les deux pays pour l’achat de sous-marins. L’annulation du contrat de 90 milliards de dollars n’est pas du goût des Français.

Et pour cause, c’est par un SMS que le Premier ministre australien a informé le président français de la fin de cet engagement. Il faut dire qu’après avoir appris que Scott Morrison revenait sur son accord, les Français n’ont pas hésité à crier au scandale et à la trahison.

Cependant, la décision des Australiens ne surprend pas vraiment certains observateurs comme Greg Sheridan, un journaliste travaillant pour le journal Australian. Selon lui, le programme australien de sous-marins nucléaires n’en est qu’à ses débuts.

Il va même plus loin en affirmant qu’il faudra une décennie avant que l’Australie soit en mesure d’acquérir un sous-marin. « Cela me remplit de regret de dire cela, mais d’un point de vue analytique, la conclusion est inéluctable,

a déclaré le journaliste australien avant de conclure que l’achat de sous-marins nucléaires de type AUKUS serait un gaspillage de ressources car ils seraient probablement mis à la poubelle dans quelques années, voire quelques mois.


L’ancien Premier ministre australien Malcolm Turnbull n’est pas d’accord avec les conclusions de Greg Sheridan. Selon cet ancien membre du gouvernement, Scott Morrison a fait preuve de mauvaise foi envers les Français, tout en mettant en danger la sécurité de ses concitoyens. De quoi jeter de l’huile sur un feu déjà bien ardent.

Les dirigeants australiens et français se sont mutuellement accusés de mensonges, ce qui a conduit à une véritable crise diplomatique entre les deux pays. Cette crise a été aggravée par une fuite de documents confidentiels.

En effet, le contenu de certains messages privés entre Scott Morrison et Emmanuel Macron, qui ont été rendus publics, tend à prouver que le président français savait que le contrat des sous-marins nucléaires était en difficulté.

De son côté, Emmanuel Macron assure que Scott Morrison lui a menti au sujet du contrat de 90 milliards de dollars. Comment déterminer la vérité dans cet imbroglio ?

Tout a commencé avec l’annonce de la création d’une alliance appelée « AUKUS » qui vise à partager des technologies entre le Royaume-Uni, l’Australie et les États-Unis. Lors de cette annonce, il a été question que l’Australie soit sollicitée pour l’achat de sous-marins nucléaires, mais rien n’a été définitivement décidé.

Le Premier ministre australien insiste sur le fait qu’il a ensuite expliqué au président français qu’il avait des réserves sur l’achat des sous-marins, mais que le président n’était pas prêt à l’écouter. Cela a pu être confirmé par l’un des SMS ayant fait l’objet d’une fuite.

« Dois-je m’attendre à une bonne ou une mauvaise nouvelle pour nos ambitions communes en matière de sous-marins ? » aurait demandé Emmanuel Macron à son homologue australien dans un message privé entre les deux hommes.

Emmanuel Macron est furieux

En visite d’État à Glasgow en Écosse, Emmanuel Macron a été rattrapé par la crise des sous-marins nucléaires. En effet, la fuite des SMS privés du président à la presse australienne a eu lieu alors que le chef de l’État était en déplacement pour le lancement de la COP26, un événement clé pour le président français.

La joie du président à l’idée de rencontrer ses illustres homologues pour discuter de la préservation de notre planète a été ternie par la divulgation de ces messages prétendument privés. Ces messages étaient adressés à Scott Morrison, qui se trouve être le Premier ministre australien avec lequel il était en contact pour l’achat de sous-marins de fabrication française.

Dans l’un de ses textos, Emmanuel Macron s’interroge sur la décision des Australiens concernant la conclusion de ce contrat. Si le président ne nie pas avoir envoyé ces messages, rien ne le désole plus que de savoir qu’ils ont été rendus publics. L’Élysée n’est pas resté silencieux face à cette fuite. En effet, la présidence a expliqué dans un communiqué qu’Emmanuel Macron cherchait seulement à connaître la position de Scott Morrison.

Le plus surprenant dans cette histoire est le timing de la divulgation de ce SMS hautement compromettant. En effet, la fuite est intervenue deux jours après qu’Emmanuel Macron ait violemment attaqué Scott Morrison, le traitant de menteur. Le président français était extrêmement en colère et a déclaré que l’attitude des Australiens avait endommagé les relations entre les deux pays.

« J’ai beaucoup de respect pour votre pays et beaucoup de respect et d’amitié pour votre peuple, mais quand on a du respect, il faut être deux et se comporter en fonction de ces valeurs », a déclaré Emmanuel Macron dans une interview accordée au journal Sud-Ouest.

Le dialogue semble rompu entre la France et l’Australie depuis quelques jours et les possibilités de reprendre un dialogue serein semblent s’éloigner d’heure en heure, d’autant que ces tensions affectent également les relations diplomatiques qui existent entre la France, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Si Scott Morrison semble vouloir passer à une autre étape puisqu’il a entamé de nouvelles discussions avec Joe Biden, les Français ne lâchent rien. Une source proche de la présidence a déclaré :

« Divulguer le SMS d’un échange entre chefs d’État ou de gouvernement est une méthode assez inélégante et particulière. Le Président de la République ne divulguerait jamais ce genre de communication. Et cela n’est pas de nature à améliorer les relations entre la France et l’Australie.

L’entourage d’Emmanuel Macron est d’autant plus outré par les manœuvres politiques des Australiens dans cette affaire, qu’à y regarder de plus près, le texto semble indiquer clairement que le président français n’avait aucune idée de la fin des négociations sur ce contrat évalué à 90 milliards de dollars.