Elodie Gossuin mère active de 4 enfants, elle craque.

Elodie Gossuin mère active de 4 enfants, elle craque.

Élodie Gossuin est un véritable exemple pour de bon nombre de femmes. En plus d’élever ses quatre enfants du mieux qu’elle le peut, mais …

La jolie blonde Elodie Gossuin mène également une jolie carrière professionnelle en tant que chroniqueuse à la radio.

Ainsi, à 38 ans, la jeune femme a des journées marathon… qui commencent très tôt puisqu’elle doit être aux commandes de la matinale de RFM au côté d’Albert Spano dès l’aube.

Un métier qui lui impose donc un rythme de vie très particulier et très intense : « Je pars tôt, beaucoup trop tôt. Les semaines sont particulièrement difficiles.

J’essaie parfois de contrebalancer, je m’impose au moins 2 à 3 siestes par semaine.

Je n’ai jamais deux journées pleines de 4h à 18h d’affilée », a-t-elle confié, dans « Parents d’abord », le podcast de Télé-Loisirs

Deux journées de travail en 24h

De 6h à 9h30, Élodie Gossuin est à son travail à la radio. Mais une fois qu’elle quitte les locaux de la radio, sa seconde journée commence :

Elle doit bien sûr prendre du temps pour élever et éduquer ses quatre enfants.

Maman de deux paires de jumeaux, la jeune femme se doit d’être présente et d’essayer de leur accorder le maximum d’attention à chacun.

Et bien qu’elle essaie de le faire avec brio, l’ancienne Miss France Elodie Gossuin culpabilise à l’idée de ne pas être assez présente pour eux :

« Ne jamais être là pour emmener mes enfants à l’école, je me sens très souvent coupable et je me remets en question. Très souvent, j’ai envie de changer de vie ».

Des gros craquages

Sous ses airs de Wonderwoman, l’ancienne reine de beauté reste une maman comme les autres et avoue craquer de temps en temps :

fille Elodie Gossuin

« Ça m’est arrivé plein de fois ! Ça m’est arrivé avant-hier par exemple. Ça m’arrive parce que je suis épuisée ».

Quand son moral est en berne, Élodie Gossuin peut heureusement compter sur le soutien sans faille de son époux Bertrand Lacherie :

J’ai appris à demander de l’aide sans avoir l’impression que c’est un aveu de faiblesse. Je peux dire à mon mari : ‘Je n’en peux plus.

Il faut que je sorte courir toute seule ou que j’aille dormir une heure’. Je peux aussi appeler ma mère”.

La suite sur la page suivante ===============>

SOYEZ INFORMÉ SANS ATTENDRE DES NOUVEAUX ARTICLES !

Merci pour votre inscription !

Cela n'a pas fonctionné.