Elie Semoun fait des révélations hallucinantes très étonnantes.

Elie Semoun, écologiste ? Encore plus que ça, c’est un vrai passionné de jardinage, amoureux des plantes et de la nature.

Elie Semoun adore la terre et le dit avec force et modestie.

C’est pourquoi il exploite un jardin à taille humaine de 500 m2 dans le nord de Paris.

“J’ai tout d’abord rêvé de ce jardin, puis de la maison, et j’ai fait de cette parcelle ce que je pensais. C’est un véritable jardin qui ne cesse de se développer.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Ce qui se passe si tu te promènes sans masque …

Une publication partagée par Élie Semoun 🥏🥏 (@eliesemounofficiel) le

J’aime le faire vivre, le tailler à ma façon. J’ai créé des lieux secrets, à l’ombre, au soleil. »

La veille de notre interview, Élie Semoun avait perdu son père. Il était mort à 88 ans et était atteint de la maladie d’Alzheimer.

Les doigts dans le sol, son fils se mêlait aux vivants, par réflexe ou par instinct, passionné et infatigable de la nature et des plantes.

“Papa me parlait souvent des nèfles, les arbres de son enfance en Algérie. Je vais en installer un dans ma maison, en sa mémoire. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Quand trois virus ont peur d’un vaccin 🤢 @gadelmaleh @fdubosc_officiel

Une publication partagée par Élie Semoun 🥏🥏 (@eliesemounofficiel) le

Wendy Bouchard : Votre affection pour le jardin, votre livre, tout cela justifie très logiquement que vous preniez ce partenariat ?

Élie Semoun : J’aime cet événement et j’aime cet espace !

C’est génial, magique. Je suis très content d’y aller en tant que sponsor, mais je ne vais pas y demeurer longtemps car je suis de nouveau en voyage à Bordeaux.

Jusqu’à présent, j’y allais en tant que preneur.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Élie Semoun 🥏🥏 (@eliesemounofficiel) le

Maintenant, en plus, les pépiniéristes qui me considéraient peut-être un peu ironiquement au commencement, me connaissent, m’estiment, me conseillent.

Et c’est un bonheur de les retrouver ! Ces journées nous donnent aussi l’occasion de nous immerger à nouveau dans la beauté de la nature. 10 000 variétés de plantes et d’espèces présentées, c’est spectaculaire !

WB : Avez-vous une plante de cœur, une que vous aimez beaucoup ou qui vous intéresse en particulier ?

Elie Semoun : Comme les plantes de cœur, que tout le monde reconnaît, les plantes d’ombre : camélia, azalée, hortensia, et dans les fleurs, le Phlox, j’aime énormément.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

https://enmodeelie.com. MERKI de faire un succès à cette collection de tee-shirts, sweats , sacs ! C’est du coton bio et une partie est reversée à @centre.conservation.chimpanzes

Une publication partagée par Élie Semoun 🥏🥏 (@eliesemounofficiel) le

Et comme arbre, un camphrier qui provient de Chine. Je le trouve très joli, unique. Dans ma serre, j’ai une crassula, une plante grasse, qui pousse parce qu’il fait chaud, et ça me plaît.

WB : Vous avez vraiment beaucoup de plantes peu communes ?

Elie Semoun : Oui, et j’aime me dire que j’ai un bout de France et un bout du monde chez moi.

C’est appréciable, toutes les espèces que j’ai pu y mettre !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Mon papa est mort ce matin du 12 septembre. Avec ma sœur nous lui avons dit adieu , que nous l’aimions . Merci pour vos élans de tendresses , il le méritait .

Une publication partagée par Élie Semoun 🥏🥏 (@eliesemounofficiel) le

Par exemple, dans un coin de ma serre, sous les tropiques, j’ai beaucoup d’espèces rapportées de la Réunion, de l’île Maurice, de Tahiti.

J’aime l’idée d’avoir des plantes que personne ne possède.

WB : Vous me parlez des tropiques, comment vivez-vous ces chaleurs fortes à la fin de l’été ?

Elie Semoun : Pas bon pour la nature, trouvez-vous cela normal qu’il fasse 35 degrés à la mi-septembre ?

Je suis très préoccupé, pour notre monde, et pour le monde vivant en règle générale.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Cette année , Superbe récolte de miel (23 kilos !)et d’amis ! @aryabittan @hababoujeremy @andy.santori @herve.rakoto @lolaces @mariefacundo @anaisbaou @normanthavaud @gadelmaleh @marie_bonnafous @sandra_hirth

Une publication partagée par Élie Semoun 🥏🥏 (@eliesemounofficiel) le

J’arrive à fabriquer du miel et je tente de préserver mes abeilles et mes ruches qui se trouvent menacées par les frelons asiatiques !

Je me comporte en citoyen respectueux, j’ai du compost dans mon jardin, je trie, je roule avec voiture électrique, mais tout est si minuscule.

Dans Forbidden Lawn, l’humoriste témoigne de son amour des jardins et de la paix qu’il peut en tirer. Éditions Ulmer, 19,90 €.

Élie Semoun : “Mon frère est mort du sida”.

La suite ========>