Delphine Jubillar : Les révélations d’une collègue infirmière sur son attitude !

D’anciens collègues de Delphine Jubillar se sont exprimés. L’un d’entre eux se souvient d’un objet qu’elle n’a jamais quitté.

Cédric Jubillar a été mis en examen pour le meurtre de Delphine Jubillar par conjoint et incarcéré à la prison de Seysses le 18 juin 2021. Depuis, le mari de l’infirmière disparue continue de marteler son innocence.

Malgré ses clameurs, et la présomption d’innocence, l’opinion publique et la justice le désignent comme le principal suspect dans la disparition et le meurtre probable de Delphine Jubillar, dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020.

Delphine jubillard

Mardi 26 avril 2022, Le Parisien a révélé deux rapports d’expertise : l’un sur la paire de lunettes de la jeune femme, retrouvée brisée au domicile familial, l’autre sur les rencontres entre Cédric Jubillar et un expert psychiatre.

Delphine Jubillar peu avant sa disparition

Des informations exclusives, dont les avocats de la défense n’ont pas pu prendre connaissance en amont. Mercredi 4 mai, Jean-Baptiste Alary, l’un des trois avocats de Cédric Jubillar a accepté de se confier à Femme Actuelle sur ces derniers éléments.

C’est décrypté comme étant à charge, mais en réalité quand on lit l’expertise, sur la paire de lunettes par exemple, on nous explique qu’elles se sont cassées sous l’exercice d’une force extérieure. Les lunettes ne se sont pas cassées toutes seules, en effet.

Elles étaient déjà en mauvais état et une pression se serait exercée de l’extérieur de la branche vers l’intérieur des lunettes. En vous asseyant sur vos lunettes, vous les casserez de la même manière. Dire qu’elles se sont cassées à la suite d’un coup est une interprétation subjective, pas une réalité.

En ce qui concerne l’analyse psychiatrique de Cédric Jubillar, techniquement parlant, nous sommes tous capables de colère projective et d’accès de colère.

Certains de manière contenue, avec la voix qui monte. D’autres passeront au niveau supérieur avec des insultes, d’autres des coups et d’autres encore en commettant le pire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sèb M (@les.bavardages.de.seb)

Les expertises !

Cela ne fait pas de nous des criminels. En réalité, les expertises psychiatriques et psychologiques ont plutôt vocation à expliquer le mécanisme d’un passage à l’acte par la structure psychologique.

Mais dans ce cas, l’acte est expliqué, alors qu’aujourd’hui, nous sommes incapables d’expliquer quel acte a été commis.

Dès lors, venir faire l’analyse psychologique de Cédric Jubillar, c’est normal dans le cadre du dossier.

Elaborer une théorie sur la base de ces conclusions d’experts est extrêmement hasardeux. Les lunettes étaient déjà fragiles. Elles pouvaient se casser sans aucune intervention violente.

Plusieurs perquisitions

Il faut aussi noter qu’elles ont été saisies lors de la troisième perquisition, qui a eu lieu le 24 décembre 2020. Des enfants vivent dans cette maison. Et si ces lunettes traînaient par terre, que les enfants s’asseyaient dessus, les faisaient tomber, ou que sais-je encore ?

Ce n’est pas complètement absurde de le penser. Si Cédric Jubillar avait frappé si fort qu’il a tué sa femme et brisé ses lunettes, il aurait pu y avoir du sang sur le sol. Nous n’en avons pas trouvé. On a passé les lunettes au Bluestar, il n’y a rien.

Jubillar

Et surtout, Cédric Jubillar a été examiné par un médecin légiste le 16 décembre 2020. Il n’a trouvé absolument aucune trace sur son corps. Cependant, s’il y avait eu un acte de violence, il y aurait sans doute eu une petite marque sur son poing ou sa main.