Covid-19 : enfin un vaccin découvert, 90% efficace.

La course au vaccin contre le covid-19 SARS-CoV-2 va très vite, tant et si bien que l’espoir envers une disponibilité début 2021.

Le 7 novembre 2020, la société pharmaceutique américaine Pfizer vient de donner une bonne nouvelle : son candidat vaccin est efficace à plus de 90%. La société indique également qu’elle n’a pas identifié d’effets néfastes sur la santé.

Le développement d’un vaccin est divisé en plusieurs phases. Actuellement, 11 vaccins candidats contre la maladie de Covid-19 sont en phase 3, la dernière étape des tests à grande échelle (des milliers de personnes sont concernées) pour vérifier que la substance est non seulement efficace mais aussi sûre pour l’homme. Le vaccin candidat de Pfizer est actuellement en phase 3, impliquant 40 000 personnes, et le niveau d’efficacité rapporté aujourd’hui est un résultat intermédiaire.

C’est la première fois qu’une entreprise rapporte un pourcentage d’efficacité après avoir atteint ce stade pour le vaccin Covid-19.

Le vaccin de Pfizer est développé en collaboration avec la société de biotechnologie allemande Biontech. Leurs recherches s’appuient sur une biotechnologie jamais utilisée auparavant dans un vaccin approuvé, peut-être pour la première fois si ce vaccin est confirmé : la technique de l’ARN messager. Il s’agit en fait d’insérer du matériel génétique dans des cellules humaines. Ce code contient des instructions pour produire une protéine qui ressemble à une protéine spécifique du coronavirus du SRAS-CoV-2. De cette façon, la réponse immunitaire est entraînée à répondre efficacement lorsqu’une véritable protéine virale cherche à infecter l’organisme.

coronavirus vaccin

90% : UN CHIFFRE PROMETTEUR ?

Le chiffre de plus de 90 % d’efficacité est une surprise et, si les résultats finaux le confirment, ce serait un succès prometteur contre la pandémie. Ce taux d’efficacité est basé sur le nombre de personnes qui contractent le virus parmi celles qui ont été vaccinées ; un nombre qui se compare à un groupe qui a reçu un placebo. Bien entendu, toutes les personnes impliquées n’avaient pas une infection avérée par le coronavirus avant de participer à l’essai.

vaccin obligatoire

Aux États-Unis, la FDA a conditionné la validation d’un vaccin à la protection d’au moins 50 % des personnes qui le reçoivent. Certains des vaccins les plus efficaces disponibles, tels que le vaccin contre la rougeole, se sont avérés efficaces à 97 %. Toutefois, de nombreux vaccins sont moins efficaces, environ 80 à 90 %, et le vaccin antigrippal protège 40 à 60 % de la population.

Dans le cas du vaccin contre les coronavirus, une efficacité de 50 à 60 % pourrait déjà faire la différence dans le contrôle de la pandémie, mais idéalement, selon des études scientifiques ou même selon Anthony Fauci (directeur des Instituts de la Santé des Etats-Unis), un vaccin serait efficace à 70 à 80 %. Contre cet espoir, le chiffre présenté par Pfizer serait une excellente nouvelle, ou du moins une nouvelle prometteuse aujourd’hui.

vaccin grippe

LA LIGNE DE FOND SUR LE VACCIN

Même si l’annonce est bonne, nous devons être pragmatiques : il ne s’agit pas du résultat final, mais d’un résultat préliminaire obtenu en cours de route. Cependant, l’entreprise doit avoir une confiance relative pour communiquer ce chiffre dans un contexte où les risques pour la santé sont si élevés. En tout cas, il manque encore beaucoup d’informations sur ce candidat vaccin.

L’annonce de Pfizer n’a pas donné lieu à un document de recherche, il s’agit seulement d’une déclaration de l’entreprise. Parmi les détails cruciaux qui manquent : le niveau de gravité de la maladie chez ceux qui l’ont contractée malgré le vaccin ; quelque chose qui sera examiné par la FDA pour valider ou non le vaccin en vue de sa distribution. Car même si un vaccin n’offre pas une protection à 100 %, il peut favoriser une meilleure réponse immunitaire chez les personnes qui contractent le coronavirus ; ce n’est pas un détail qui est nécessaire pour contrôler la pandémie.

vaccin covid 19

Pfizer devra également publier des informations sur l’absence supposée d’effets secondaires, que la FDA examinera également. Ces publications seront bientôt disponibles : Pfizer n’a pas hésité à divulguer des informations qui sont généralement confidentielles, le protocole d’évaluation de l’efficacité. Modern, travaillant sur un vaccin similaire basé sur l’ARN messager, avait fait de même.

vaccin coronavirus

La dernière limite à prendre en compte est la chronologie : ces résultats n’ont que très peu de perspective sur la persistance de l’immunité dans le temps. L’efficacité a été mesurée 28 jours après la première dose ; sept jours après la deuxième dose. Toutefois, cette absence de déclin ne sera pas nécessairement un problème pour les premières versions du vaccin : la FDA, comme d’autres autorités sanitaires, suivra les développements même après une éventuelle autorisation de mise sur le marché. Les scientifiques n’ont également jamais exclu la possibilité d’un vaccin saisonnier.

vaccin

Toutefois, Pfizer limite sa propre interprétation de cette première annonce en déclarant que son vaccin candidat n’est pas encore tout à fait prêt pour la validation : Il est important de noter que nous ne pouvons pas demander à la FDA une licence d’utilisation d’urgence sur la seule base de ces résultats d’efficacité. Il faut davantage de données sur la sécurité et nous continuons à accumuler ces données dans notre étude clinique. »