Voici ce qu’ils ont fait à la cagnotte du boxeur “Gilet jaune” Christophe Dettinger.

Christophe Dettinger, le boxeur ! Ce mardi matin, le montant total atteignait 115.000 euros avant d’être masqué par les organisateurs.

Lancée sur la plateforme Leetchi, la cagnotte en soutien au boxeur Christophe Dettinger scandalise certaines personnalités politiques.

Elle a dépassé les 115.000 euros ce mardi matin. La cagnotte Leetchi créée en soutien à Christophe Dettinger, le boxeur soupçonné d’avoir frappé plusieurs gendarmes à Paris le week-end du 6 janvier, connaît depuis quelques heures une progression impressionnante.

Soutenue et “validée” par la famille, cette collecte de fonds ne manque pas d’irriter. Preuve de sa dimension polémique, le montant de la cagnotte n’est plus affiché depuis mardi, aux alentours de 9 heures du matin. Les organisateurs justifient cette décision ainsi : “Suite à l’engouement et aux pressions médiatiques, et afin de préserver la famille de Christophe, nous avons décidé de ne plus afficher le montant total”.

Polémique

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat chargé du numérique, a été l’un des premiers à réagir publiquement, à l’heure où la cagnotte collectait alors un total de 76.000 euros. “Apparemment, ça rapporte de frapper un policier. Quand l’attrait de l’argent vient s’ajouter à la haine et à la violence, je n’ai que du dégoût” a-t-il écrit sur Twitter.

Le syndicat de policiers Alliance dénonce une “prime à casser du flic” et demande le retrait de la cagnotte. Quant au syndicat des cadres de la sécurité intérieure, il suivait quasiment en temps réel l’évolution du montant et parle d’une “énième provocation”.

Un peu plus tôt, Elisabeth Borne, ministre des Transports, avait également réagi sur France Info. Et de s’interroger : “Est-ce que c’est normal de vouloir apporter un soutien à ce monsieur qu’on a vu frapper un policier à terre ? Cela montre qu’on a un certain nombre de concitoyens qui ont un peu perdu leurs repères.”

Face à cette indignation, d’autres personnalités politiques relativisent, à l’image l’élue LFI au Conseil de Paris Danielle Simonnet.

“Cette cagnotte, c’est le baromètre de la détestation de ce gouvernement“, estimait de son côté sur LCI le porte-parole du Rassemblement national Sébastien Chenu.